Geneviève Beauchesne, archiviste, 1957

En 1964, Alice Ford publiait une biographie de John James Audubon qui sur certains points fait encore office de référence. Parmi les nombreux remerciements liminaires, elle offrait celui-ci :

« Mademoiselle Geneviève Beauchesne, archiviste de la Marine de Lorient de Rochefort-sur-Mer, merits gratitude beyond the vocabulary of praise. Through heroic co-operation not only upon my visits to France, but during a five-year-long exchange while she pursued each my many indications, she swept away the hoary myths about Audubon’s naval career[1] ».

La jeunesse d’Audubon était en effet peu connue. Francis Herrick, son biographe précédent, avait accompli un immense travail d’archives mais avait laissé dans l’ombre les quelques années qui avaient précédé le départ en Amérique[2]. Alice Ford se devait de combler les vides, mais c’est en fait l’archiviste qui a fait les plus belles trouvailles au prix de nombreuses heures de travail à Nantes et Rochefort.

Née à Redon en 1909 et décédée à Vannes en 1994, diplômée de l’Ecole des Chartes en 1935[3], Geneviève Beauchesne était à la fin des années 1950 « archiviste du port de Lorient », donc de la Marine et de la Compagnie des Indes (ce qu’elle demeura jusqu’en 1974[4]), et en charge également, à ce titre, des archives de la Marine de Rochefort. Archiviste chercheuse, elle a supervisé des travaux d’inventaire mais aussi publié quelques travaux sur la Marine.

Et le Service Historique de la Défense à Rochefort conserve aujourd’hui, dans un dossier consacré à Audubon, les doubles des lettres que Beauchesne envoyait à Alice Ford dans la deuxième moitié des années 1950. Il faudrait pour avoir une vision complète de la chose consulter le fonds Alice Ford, au John James Audubon Center de Mill Grove[5], mais ces quelques missives dévoilent déjà l’impressionnante œuvre de l’archiviste, qui considérait qu’il faisait partie de son travail de consacrer des heures de recherches dans ses fonds au service des historiens, sans en réclamer pour autant une part de gloire. La voici le 28 octobre 1957 :

« Chère mademoiselle

Les sentiments que vous exprimez dans votre lettre me remplissent de confusion car je n’ai rien fait de plus pour vous que pour mes autres correspondants, à cette nuance près que vos lettres vous ayant attiré toutes ma sympathie, je l’ai fait avec plus de plaisir. A vrai dire, de la reconnaissance, c’est moi qui vous en dois, car j’ai l’âme d’un chasseur (sans l’instinct sanguinaire, rassurez-vous), et je suis passionnée par la recherche des problèmes qu’on me pose : vous m’avez donné l’occasion de trouver à peu près la solution d’une énigme, et je vous assure que j’en ai été aussi contente que vous avez pu l’être. Trop souvent, après avoir suivi une piste pleine de promesses j’ai dû tout abandonner parce qu’il y avait une lacune dans mes archives. Quelle satisfaction d’avoir pu aboutir, pour une fois !

Aussi, je vous en prie, de parlez pas de remerciements matériels : vous avez bien pensé en devinant que mon orgueil s’en cabrerait. A Nantes, c’est une toute autre affaire : il y a à un sous-archiviste, des commis, des sous-commis, une administration complète avec ses règlements et ses traditions ; pour moi, je n’ai pas à me préoccuper de la rémunération de mes employés puisque ce ne sont pas eux qui font les recherches. La façon dont vous m’écrivez vaut toutes les récompenses, si j’en ai besoin d’une, et comment, de plus, ne pas rendre grâce à la Providence qui, après m’avoir donné un métier passionnant, me procure en plus le plaisir d’avoir des correspondant de votre sorte ?[6] »

Les lettres de Beauchesne ont certes, dans la manière qu’a l’archiviste de raconter ses démarches en même temps que de relater de manière très précise, cotes à l’appui, ses résultats, un intérêt énorme pour donner à voir une méthode de recherche. Mais elles offrent aussi à comprendre une relation entre deux professionnelles : une historienne américaine et une archiviste française. Ce sont deux femmes qui travaillent et qui publient, sont connues et reconnues dans leurs activités respectives (à une époque où Andrée Duby et Huguette Chaunu restent dans l’ombre de leurs maris malgré leurs études et leurs réelles compétences), même si dans la relation il y a inégalité : Alice Ford demeure aujourd’hui incontournable pour tous les amateurs d’Audubon, alors que Beauchesne, qui a effectué les recherches, demeure éternellement (quoique, peut-être que ce billet…) invisible dans ses fonds d’archives, comme si elle n’exerçait qu’un obscur métier de service – qu’elle adore par ailleurs. Mais elle est aussi une fonctionnaire française face à la réalité étasunienne, ce lui permet de refuser un paiement de ses services – elle rend un service public – mais tout en signalant qu’il y a différentes manières d’être archiviste et différents services d’archives. Elle ne manque pas de pointer ce qu’elle considère comme des rigidités aux archives départementales de Loire-Atlantique (la Loire-Inférieure prend ce nom justement en 1957), qu’elle compare avantageusement avec sa propre liberté, qui n’existe que parce qu’elle se l’est créée elle-même dans l’organisation de son service : la recherche (et donc la mémoire des fonds), aux archives de la Marine de Lorient et de Rochefort, c’est elle et personne d’autre, dans une structure que l’on imagine assez pyramidale sous sa direction jusque 1974. Il y a là aussi, finalement, de quoi faire une histoire (genrée) des services de L’État.

[1] Alice Ford, John James Audubon, Norman, University Press of Oklahoma, 1964, p. VI.

[2] Francis Hobart Herrick, Audubon the naturalist : a history of his life and time, New York, Appleton, 1917, 2 vol.

[3] http://data.bnf.fr/16226605/genevieve_beauchesne/

[4] Contre-Amiral C. R. Fliche, « Le service historique de la Marine en 1974 », La Gazette des Archives, 88, 1 (1975), p. 50.

[5] http://dla.library.upenn.edu/cocoon/dla/pacscl/ead.pdf?id=PACSCL_HSP_MG01

[6] Service Historique de la Défense, Rochefort, 43/324, Geneviève Beauchesne à Alice Ford, 28 octobre 1957.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.