Une lettre sans doute inédite de Jean-Jacques (John James) Audubon

En janvier, à Sainte-Geneviève, des descendants de Ferdinand Rozier m’ont confié des copies de deux documents. L’un est le contrat liant le Nantais à Jean-Jacques Audubon, contrat déjà connu par la version d’Audubon[1] et dont la version Rozier était donc demeurée dans la famille. L’autre est une lettre envoyée par la future gloire américaine au marchand de Sainte-Geneviève.

Henderson april 8th 1814

Mon Cher Rozier

Il est extremement étonnant que tu n’ay reçu aucune nouvelle de nous, Nous avons écris aumoins 3 fois et avions L’idée que nous étions entierement oubliés at St Genevieve – J’ai actuellement peu de temps a te Repondre a la tienne du 28th Mars Mais t’Ecrirai plus Longuement Samedi Prochain Jour de Courrier, Nous T’assurons que nous avons […] la […] ! Possible d’acquiescer à tes demandes et Depuis longtemps nos Papiers ont étés à Phi[ladelphie] Pour être a même de finir avec La mine et Je ne […] pas que Mr Bakewell Vera Mr Taylor et finira avec Mr Wetheral ; je suis forcé de finir pour le moment, te remerciant beaucoup des bonnes nouvelles de mon Père.

Je suis ton ami

J. Audubon.

J’en livre ici une transcription, malheureusement parcellaire du fait de l’état de conservation du document. Rozier et Audubon, trois ans après la fin de leur partenariat, sont encore des amis, en train de faire des affaires dans la même région même si Audubon rêve à ses oiseaux. Il s’agit précisément dans ce courrier du règlement de l’affaire de Mill Grove, la propriété pour la gestion de laquelle les deux hommes avaient franchi l’océan avant de conclure qu’il n’y avait rien à en tirer. Bakewell, à Philadelphie, se charge de la vente de la terre à Wetherhill. Aucune révélation fracassante dans cette missive, donc, juste la sensation qu’il reste encore des archives à découvrir et que ces archives ont une importance pour les familles concernées. Les Rozier aujourd’hui tiennent plus à Audubon qu’à leur ancêtre, finalement, et font comme la plupart des historiens : Rozier n’existe que comme étape dans la vie du grand homme. Audubon permet aux Rozier du XXIe siècle de se rattacher à une histoire fameuse construite comme exemplum américain, quitte à oublier la leur. Ce sont avant tout deux preuves du lien à Audubon qui sont conservées comme des reliques (car les milliers de pages d’archives Rozier conservées dans les dépôts publics du Missouri ne mentionnent par contre pas Audubon) et l’histoire de cette mémoire est aussi fascinante que celle de l’arrivée de Ferdinand Rozier dans le Missouri.

[1] Il est reproduit dans Francis Hobart Herrick, Audubon the naturalist : a history of his life and time, New York, Appleton, 1917.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.