Une histoire saturée de plomb

Plus je travaille sur les établissements francophones de la région de Sainte-Geneviève, plus je me rends compte que l’atmosphère est saturée de plomb… et que ce plomb ouvre sur des champs historiographiques fertiles mais peu explorés.

[[A View of the Lead Mines of Missouri by Henry Rowe Schoolcraft, 1819, frontispiece.

L’exploitation du plomb dans la vallée du Mississippi (les Etats du Wisconsin, de l’Iowa, de l’Illinois et du Missouri) n’a jamais attiré beaucoup d’historiens. Et pourtant, il y aurait matière, par exemple, à des comparaisons éclairantes avec les ruées vers l’or des Rocheuses qui débutent en 1849, en étudiant la ruée vers le plomb des années 1830, que ce soit dans le rapport aux Amérindiens ou dans la construction de sociétés neuves. Mais cette ruée n’a été abordée que timidement, et encore, uniquement pour la partie nord des gisements[1] : la région plombifère du Missouri, dans l’est des monts Ozarks et ouverte sur la vallée du Mississippi, demeure dans l’ombre. Non qu’aucun historien ne s’y soit intéressé, mais tout se passe comme si seules ces premières années fascinaient, pour deux raisons essentielles : l’épisode renvoie au fond colonial français d’une part, et au passage de Moses Austin dans la région d’autre part[2]. Mais au-delà des années 1820, alors que les comtés de Washington, Jefferson, Saint-François et Sainte-Geneviève devraient être intégrés à l’histoire économique étatsunienne et atlantique, il n’en est rien.

State Historical Society of Missouri, Map 850 K 847 1853. « part of the Mineral Region State of Missouri »

Je lance donc ici quelques pistes, en attendant d’aller plus loin dans l’exploration du domaine. Ce qui m’intéresse, ce n’est pas la première exploitation des gisements mais leur entrée dans une ère nouvelle, à partir des années 1820 sans doute et jusqu’à la Guerre de Sécession (la chronologie reste à affiner). En l’état j’emprunterais quatre pistes pour engager une histoire intégrée du minerai et des hommes qui s’en emparent, du sous-sol missourien à l’Europe:

  • L’histoire environnementale. Le plomb, au-delà de ses usages multiples, est un poison violent, ce que personne ne nie en ce début de 19e siècle. La question est donc de savoir comment rendre compatible son exploitation avec la vie humaine en général et les autres activités de la région en particulier. De comprendre comment faire accepter, pour reprendre des problématiques récemment développés par les historiens, des implantations industrielles très polluantes au milieu de villes autant que d’espaces ruraux[3], et donc de saisir qu’il y a des choix assumés, d’ordre politique, d’industries de ce type[4]. Je me contenterais de citer ici deux textes réglementaires. L’un à l’échelle de l’Etat du Missouri : le 1er mai 1822 est voté un « act directing the fencing and inclosing of furnaces for the smelting of lead ». Le constat ayant été établi d’une mortalité élevée du bétail à proximité des installations minières, celles-ci doivent être encloses dans un rayon de dix yards, c’est-à-dire moins de dix mètres, ce qui rend la mesure peu opérante, sachant que les industriels ont six mois pour s’y conformer et risquent un dollar de pénalité par jour de manquement à la loi[5]. L’autre texte est à l’échelle locale : en mai 1826 la ville de Potosi, fondée par Moses Austin quelques années plus tôt sur la base du village français de Mine-à-Breton, est incorporée. Par ses premières ordonnances municipales, elle interdit le traitement du plomb à l’intérieur des limites urbaines et tout usage polluant du ruisseau, le Mine à breton creek[6]. Au-delà de ces textes, il faudra poser la question des conflits environnementaux réels qu’ils tentent de freiner autant que d’anticiper, donc d’une histoire d’accommodements locaux (dont les dynamiques sont encore à élucider mais participent d’une histoire de luttes sociales) à l’industrie dans une région de moyenne montagne boisée. Et le plomb ne perdant pas ses caractéristiques en quittant ses collines il faut étudier la question tout le long de son chemin vers ses transformateurs et usagers, le long des fleuves et dans les villes d’Amérique et d’Europe.
  • Une histoire d’entreprises, mais sans verser dans l’idéalisation du dynamisme entrepreneurial, trop souvent présente dans ce champ historiographique et aveugle à la question sociale comme à la question environnementale. On peut distinguer brièvement cinq secteurs : l’extraction, la fonderie, le transport, le commerce et la transformation finale. Certains entrepreneurs mixent les activités, d’autres se cantonnent à un des secteurs. Les sources sont très inégales, il me semble pour l’instant que sur le versant américain de cette histoire transport et commerce sont bien mieux renseignés qu’extraction et fonderie : dans un cas registres et correspondances commerciales permettent des analyses chiffrées et des études de cas, dans l’autre rapports et récits ne permettraient qu’une vue d’ensemble. Ce qui me frappe, c’est d’une part le faible poids des non-ferreux dans l’historiographie de l’industrialisation[7] et d’autre part le hiatus entre la littérature sur Sainte-Geneviève et ce que je lis dans les archives : d’un côté une bourgade à la limite de l’engourdissement, de l’autre une noria de transporteurs qui acheminent le minerai vers la ville d’où il est envoyé par le Mississippi vers les marchés plus ou moins lointains, de Saint-Louis à New York[8].
  • Une histoire sociale. Car dans chacun des secteurs cités ci-dessus, ce sont bien des hommes au travail qu’il faut étudier. Or dans le Missouri d’avant la Guerre de Sécession, une question se pose, celle de l’esclavage. Dans quelle mesure l’extraction, le transport, la manutention, sont effectués par une main d’œuvre servile est un problème pour lequel je n’ai pour l’instant par de réponses assez précises, juste des bribes d’information. Les centaines, puis les milliers, d’ouvriers des mines et des fonderies, ne peuvent être saisis que par les recensements, faute d’archives des compagnies pour les décennies d’esclavage. Les transporteurs chargés du transit entre les collines et la vallée du Mississippi sont, eux, surtout des francophones libres, mais là encore l’historien saisit le patron, mais mal ses employés/esclaves. Et il en est de même en ville et sur les embarcadères, à Sainte-Geneviève, Selma et Herculaneum, et plus loin à Saint-Louis, La Nouvelle-Orléans, Pittsburgh. Mais l’historien ne peut se contenter de constater le silence des archives si cela le conduit à ne faire qu’une histoire patronale. A Sainte Geneviève Ferdinand Rozier ou Lewis Ziegler réceptionnent le plomb mais qui se charge de la manutention ? Et à La Nouvelle-Orléans comme à New York, la question se pose également, de même qu’il faudrait connaître le monde ouvrier qui transforme le minerai sur la côte Est comme en France. Il faut ici transformer l’histoire des Ozarks, l’inclure dans une histoire industrielle et commerciale de grande ampleur et intégrant l’esclavage (hors de la grande plantation qui a retenu jusque là l’intérêt de l’« histoire du capitalisme »[9]) comme le salariat, plutôt que de la laisser dans les marges archaïsantes du récit national.
  • Une histoire de la consommation et de la transformation du plomb. A quoi et à qui sert le plomb, et où sert-il à quelque chose ? Sur place il est utilisé comme monnaie, Perrin du Lac le remarquait en 1801/1803[10] et les registres de marchands locaux enregistrent en abondance des paiements en plomb. Mais au-delà de cet usage particulier, comment expliquer cette explosion du commerce du plomb américain ? Le plomb, tout poison qu’il soit, a des usages d’une extrême variété et renforcés encore à l’époque de l’urbanisation et de l’industrialisation, que ce soit pour les canalisations, l’armement, ou une multitude d’usages industriels. Il y a donc un marché à différentes échelles, sur lequel les historiens se sont trop peu penchés et qui évolue fortement dans ces premières décennies du 19e siècle. Les gisements britanniques, importants depuis longtemps, sont concurrencés par la production andalouse faisant de l’Espagne une puissance minière mais qui craint, dans les années 1830 et 1840 et à juste titre, une concurrence étatsunienne[11]. Je n’ai travaillé pour l’heure que sur le port de Nantes, car c’est de là que sont partis dans le Missouri Ferdinand Rozier et Firmin Desloges et c’est ce réseau nantais qui est au cœur de mon travail. Il est fascinant d’observer l’arrivée dans l’estuaire de la Loire de très nombreux navires venus d’Adra pour importer un plomb espagnol peu visible dans les travaux des historiens ; mais il est encore plus fascinant de noter que de manières ponctuelle, à côté de milliers de balles de coton, La Nouvelle-Orléans envoie également des saumons des plomb (la métaphore animale est constante, les pigs lead étatsuniens se transforment en France en saumons de plomb). Ainsi le 21 février 1830 le Neptune décharge 317 saumons à destination de l’armateur Pierre-Joseph Maës, lui-même né d’ailleurs en Louisiane, en même temps que 129 balles de coton pour Lemesle et Haudaudine[12]. Ce Pierre Haudaudine est lié aux Rozier et quinze années auparavant, la maison était consignataire pour le Tennessee qui importait déjà 80 saumons de plomb – et 386 balles de coton[13]. Ce plomb est donc transformé dans la région nantaise, consommé de même ou plus largement en France ou ailleurs.

L’histoire du plomb est donc une histoire globale, en ce sens qu’elle lie de multiples espaces entre eux mais aussi parce qu’elle permet d’articuler des champs historiographiques qui peuvent peiner à se rencontrer. Aborder l’histoire d’un produit, que ce soit le vin de Madère, l’acajou, le coton[14] ou ici le plomb mène l’historien à de grandes traversées, à saisir l’histoire humaine dans toute sa profondeur. Plus prosaïquement, je me pose la question de la catégorie dans laquelle tout ceci serait classé, que ce soit dans les bibliothèques ou par un comité de sélection : histoire économique ? Je n’arrive pas m’en persuader, sans doute parce que je m’estime peu légitime parce que trop frais en ce domaine, mais aussi parce que le champ me pose question. J’y reviendrai dans un prochain billet.

[1] On peut se référer à William J. Petersen, « The Lead Traffic on the Upper Mississippi, 1823-1848 », The Mississippi Valley Historical Review, Vol. 17, No. 1 (Jun., 1930), p. 72-97; Lucy Eldersveld Murphy, A Gathering of Rivers: Indians, Métis, and Mining in the Western Great Lakes, 1737–1832, Lincoln, University of Nebraska Press, 2000.

[2] Un ouvrage méconnu à tort éclaire parfaitement cette histoire : Walter A. Schroeder, Opening the Ozarks: Historical Geography of Missouri’s Ste. Genevieve District, 1760-1830, Columbia, University of Missouri Press, 2002.

[3] Par exemple Thomas Le Roux, Le laboratoire des pollutions industrielles. Paris, 1770-1830, Paris, Albin Michel, 2011. Le cas du plomb, au 20e siècle : Bradley Snow, Living with Lead : An Environmental History of the Cœur d’Alenes, 1885-2011, Pittsburgh, University of Pittsburgh Press, 2017.

[4] Christophe Bonneuil et Jean-Baptiste Fressoz, L’événement anthropocène. La Terre, l’histoire et nous, Paris, Seuil, 2e éd. 2016 [2013] ; Andreas Malm, Fossil Capital : the Rise of Steam Power and the Roots of Global Warming, Londres, Verso, 2016.

[5] Laws of the State of Missouri, St. Louis, E. Charless, 1825, p. 501-502.

[6] State Historical Society of Missouri, R 186. Potosi Minute Book, 1826-1851, vol.1, Ordonnances des 20 et 26 mai 1826.

[7] Dans le cas français les travaux d’Anne-Françoise Garçon sont bien isolés : Mine et métal (1780-1880). Les non-ferreux et l’industrialisation, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1999.

[8] Voir par exemple le plomb entreposés sur les rives du fleuve par Lewis Ziegler dans le Lead book for the use of Ziegler & Co, 1843-1849, State Historical Society of Missouri, R 185, Ziegler and Company. Account book, 1843-1853. Ou encore les chargements assurés par la compagnie Ste Gemme pour le réseau Rozier-Desloges dans la décennie précédente, Missouri History Museum, Rozier family papers, Henry Rozier Ledger, February 14, 1828, to August 9, 1841 (Henry Rozier a, après la Guerre de Sécession, réutilisé un registre Ste Gemme pour ses propres comptes, d’où l’appellation trompeuse).

[9] Walter Johnson, The River of Dark Dreams: slavery and empire in the cotton kingdom, Cambridge, The Belknap Press of Harvard University Press, 2013; Edward Baptist, The Half had never been told: slavery and the making of American capitalism, New York, Basic Books, 2014.

[10] François Perrin du Lac, Voyage dans les deux Louisianes et chez les nations sauvages du Missouri, par les Etats-Unis, l’Ohio et les provinces qui les bordent en 1801, 1802, 1803. Avec un aperçu des mœurs, des usages, du caractère et des coutumes religieuses et civiles des peuples de ces diverses contrées, Paris, Capelle et Renaud et Lyon, Bruynet Ainé et Bruynand, 1805, p. 172

[11] Gérard Chastagnaret, L’Espagne, puissance minière dans l’Europe du XIX siècle, Madrid, Editions de la Casa de Velazquez, 2000.

[12] Feuille commerciale et maritime d’affiches, annonces judiciaires et divers, 21 février 1830, p. 2.

[13] Affiches, annonces et avis divers, feuille commerciale, 27 juillet 1815, p. 2.

[14] David Hancock, Oceans of Wine: Madeira and the Emergence of the American Trade and Taste, New Haven, Yale University Press, 2009; Jennifer L. Anderson, Mahogany: The Cost of Luxury in Early America, Cambridge, Harvard University Press, 2012; Sven Beckert, Empire of Coton: A Global History, New York, Knopf, 2014.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.