Prince of Darkness

Je viens de finir l’ouvrage qui a reçu le dernier prix de la SHEAR (Society for Historians of the Early American Republic) et qui était demeuré un peu inaperçu jusque là, sans doute en partie car son auteur, australien, dit lui-même ne communiquer que très rarement sur son travail aux Etats-Unis. Prince of Darkness. The Untold Story of Jeremiah G. Hamilton Wall Street’s First Black Millionnaire (New York, Picador, 2015) mérite largement le détour.

D’une très belle plume malgré quelques tics de langage malheureux, Shane White offre le portrait d’un homme dont les origines ne sont pas claires mais qui depuis sa première apparition sur la scène médiatique en 1828 jusqu’à sa mort en 1875 suscite l’étonnement. Car Jeremiah G. Hamilton est en effet un richissime homme d’affaire africain-américain, actif sur tous les fronts du capitalisme le plus effréné et qui de surcroît épouse une Blanche. C’est sans doute le silence quasi absolu qui entourait le personnage depuis son décès (alors qu’il était célèbre en son temps) qui frappe le plus, silence rompu par White grâce à un usage très impressionnant de la presse et des archives judiciaires (et de quelques autres sources, telle ce registre de bibliothèque qui nous en apprend beaucoup sur les emprunts d’ouvrages par Hamilton des années 1850 aux années 1870), faute d’archives familiales. On peut regretter l’absence de théorisation du propos, comme si dorénavant écrire le récit d’une vie inconnue relevait de l’évidence pour l’historien et n’avait pas besoin de justification par la microhistoire mais je ne cache pas mon plaisir de lecture et les questions que pose Hamilton, figure extraordinaire d’un côté mais terriblement normale de l’autre : certes en tant qu’Africain-américain, sa position était hors-normes, mais Hamilton refusait aussi le contact avec la communauté noire new-yorkaise et a fait preuve toute sa carrière d’un manque total de scrupule et d’une dureté sans égale dans ses activités financières : aucune conscience sociale ne l’a jamais arrêté, son intérêt propre l’a toujours guidé.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.