L’historien et ses publics

J’ai eu l’occasion depuis mi-janvier de présenter mes travaux à quatre reprises devant quatre publics fort différents. Quelles leçons en tirer ?

L’Université du Missouri à Columbia

Les trois premières présentations ont eu lieu dans le Missouri et la quatrième à Lyon. A Sainte-Geneviève, dans le comté éponyme, à quelques dizaines de kilomètres au sud de Saint-Louis, je répondais à l’invitation de la Foundation for the Restoration of Ste Genevieve et donnais au Welcome Center (office de tourisme) de la ville une synthèse de mon projet sur les familles Rozier et Desloges, centrée davantage sur les Rozier puisque Firmin Desloges ne s’était pas installé à Sainte-Geneviève, sur le Mississippi, mais à Potosi, au cœur la région minière, et que son destin intéressait moins localement. Le public était celui d’une petite ville de 4400 habitants (au recensement de 2010), capitale d’un comté qui a récemment offert plus de 70 % de ses voix à Donald Trump : érudits locaux, animateurs du patrimoine (j’en profite pour remercier ici Bonnie Samuelson et Bob Mueller pour leur soutien à mon travail), journaliste du Ste Genevieve Herald et surtout descendants des familles francophones dont je tentais de tracer l’histoire. Et donc j’avais en face de moi une poignée de Rozier à qui je devais présenter les origines de l’installation familiale. J’ai trouvé l’expérience à la fois inconfortable et passionnante. Inconfortable car d’une part, d’un simple point de vue scientifique, il m’était difficile de trouver un point d’équilibre : comment comprendre le départ de Rozier, et d’Audubon et de Dacosta, de leur ville de Nantes, sans comprendre le contexte français et atlantique ? Or, sans faire injure aux habitants de Sainte-Geneviève, il est évident que la chose leur échappait : comment en dire suffisamment pour rendre l’histoire claire sans sombrer dans le détail inutile ou dans une posture vaguement condescendante ? D’autre part, je me suis posé la question de savoir ce que ces descendants attendaient d’un historien français (très exotique !) venu leur raconter leur propre récit familial : que dire, allais-je prendre le risque du rebrousse-poil, de briser quelques légendes ? Il est vite apparu que pour beaucoup l’histoire familiale se résumait à un mot : Audubon. Ferdinand Rozier, l’ancêtre, est valorisable car il est associé au grand homme. Les questions de l’auditoire ont bien porté avant tout sur ce lien à Audubon ; le reste étant parfaitement inconnu et finalement de peu d’importance je bénéficiais de facto d’une grande liberté de parole. Ce qui a finalement a rendu l’expérience passionnante. Non seulement Sainte-Geneviève est une ville au patrimoine exceptionnel mais pouvoir travailler au plus près de son sujet d’étude, réaliser quelles traces charnelles et monumentales les Rozier ont laissées donne du sens à mon travail. Il s’agissait aussi, en retour, de donner du sens à la communauté, ce qui est au fondement du rôle social de l’historien.

Le lendemain j’étais à Saint-Louis, invité par Lionel Cuillé à donner une conférence en français au Centre francophone de Webster University (http://www.webster.edu/arts-and-sciences/affiliates-events/centre-francophone/). La langue du discours et l’institution d’accueil avaient induit le public qui avait choisi d’assister à un événement portant sur les mêmes familles Rozier et Desloges entre leurs origines nantaises et la Guerre de Sécession. Se mêlaient dans le public quelques universitaires – historiens et professeurs de français –, des descendants de familles françaises (dont les Desloges, cette fois-ci) et des membres des diverses associations qui ont pris en charge à Saint-Louis la perpétuation du souvenir de la francophonie originelle du lieu, notamment Les Ami (et merci à Mary Stiritz pour son accueil). Les enjeux étaient différents, la situation d’une belle mixité, ce que révélait le débat, avec des questions de néophyte sur les sources de l’historien, d’autres sur les détails de l’histoire familiale d’un tel ou d’un tel, d’autres plus conceptuelles sur les circulations atlantiques. Et la discussion s’est longuement poursuivie après ce débat, autour du café, sur les mêmes axes, pour en sortir là encore avec l’impression d’une utilité sociale de l’historien. Il y a des choses à faire à Saint-Louis en termes de valorisation du passé et de réactivation de liens anciens.

Une semaine plus tard, j’étais au Kinder Institute on Constitutional Democracy de l’Université du Missouri, à Columbia, à l’invitation de Jeffrey Pasley. L’auditoire était cette fois-ci quasi exclusivement universitaire (« quasi » car il y avait malgré tout une représentante de la communauté francophone de la ville et une descendante de Firmin Desloges) : collègues, doctorants et post-doctorants. Il s’agissait donc d’un séminaire tout ce qu’il y a de plus rassurant, d’une certaine manière : des historiens entre eux qui débattent de questions scientifiques à peu près absconses pour le reste du monde. Cela faisait du bien, malgré tout, de trouver là les interlocuteurs pointus que je ne peux pas forcément trouver en France. Que mes collègues de l’hexagone me pardonnent, j’ai eu du plaisir à Columbia à pouvoir débattre sérieusement du sens de l’élection de 1850 dans le premier district du Missouri ou du réseau d’interconnaissance entre les Chouteau et les Rozier. Et tout cela n’est pas vain : d’avoir fait deux conférences préalablement à ce séminaire justifiait tout cela car comment aurais-je pu présenter quelque chose de cohérent à un « grand public » sans en passer par des phases purement scientifiques ?

Andrew Taylor Still (1828-1917)

Et voilà qu’une fois rentré en France j’allais à Lyon pour répondre à une invitation qui pouvait sembler incongrue. Jean-Marie Gueullette, directeur du Centre Interdisciplinaire d’Ethique de l’Université catholique de Lyon m’avait invité à participer à une journée consacrée à la figure d’Andrew Still. Il publiait en effet une nouvelle traduction française de l’autobiographie du fondateur de l’ostéopathie, dans le cadre des recherches menées (et des formations données) à l’UCLy sur cette médecine complémentaire, et voulait mener une réflexion collective associant praticiens et chercheurs. Or Still était un homme du Missouri, des années 1830 à sa mort au début du XXe siècle, et mon rôle devait être d’éclairer sa figure en contexte à partir de son autobiographie. L’auditoire était particulièrement nombreux puisque près de 200 ostéopathes de toute la France s’étaient inscrits à la dite journée. La leçon des interventions est qu’il subsiste un fort hiatus entre le discours scientifique, critique, et le discours proposé de l’intérieur par l’ostéopathie, qui se rapproche à mon sens d’un discours religieux, avec son père et son texte fondateurs, l’importance de la lignée, de l’héritage, de la tradition – et des courants et scissions. Mais ce qui m’a le plus frappé, c’est la réaction de l’auditoire, lors de la séance des questions et au buffet. Je dirais que l’ensemble balançait entre d’une part une volonté de tenir ferme sur une forme de discours fondateur, notamment sur un mythe du rapport de l’ostéopathie aux savoirs amérindiens, et d’autre part sur une soif, chez les praticiens, d’un discours de mise à distance réflexive sur les fondements intellectuels, historiques, philosophiques, de leur profession. Je me suis trouvé, pour tout dire, presque gêné tellement certain.e.s m’ont donné l’impression d’apporter la lumière…en position radicale d’extériorité de surcroît car je ne connais l’ostéopathie de que très loin, n’en étant pas un adepte.

Je mets ces quatre expériences en balance avec les évolutions en cours dans l’université française en générale, et dans la mienne en particulier où il semble qu’il faille toujours se battre pour faire exister les SHS et plus encore l’histoire, tant est courante cette idée, dans certains milieux, que tout cela ne « sert » à rien car cela ne « sert » pas l’entreprise : où est l’employabilité dans ce je pratique ? Je finirais par douter moi-même, parfois, de mon rôle social et de la légitimité de mon salaire ! Je sors au contraire de cette sorte de tournée franco-américaine renforcé dans la conviction que l’histoire est au fondement des sociétés. Que ce soit les habitants de Sainte-Geneviève interrogeant le devenir de leur petite ville de la vallée du Mississippi, les élites de Saint-Louis investies dans l’action patrimoniale ou les ostéopathes français avides de questionner les racines – et donc le futur – de leur pratique, chacun a besoin d’histoire pour donner du sens à ce qu’il fait, ce qu’il vit, ce dans quoi il se projette.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.