Un cours magistral et ses personnages

Le semestre finissant, les étudiants se dirigeant vers leurs examens terminaux la semaine prochaine, il est temps de tirer un bilan de ce cours sur l’Amérique du Nord entre les années 1760 et les années 1870 sur lequel je m’interrogeais dans un billet du mois d’août.

Franz Sigel général de l'Union, http://www.civilwar.org/education/history/biographies/franz-sigel.html
Franz Sigel général de l’Union, http://www.civilwar.org/education/history/biographies/franz-sigel.html

Je voudrais plus particulièrement revenir sur la manière que j’ai eu de dénouer le problème dans lequel je me débattais lors de la préparation estivale de ce cours, à savoir l’équilibre entre d’une part la nécessité de la synthèse et du destin collectif et d’autre part la non moins impérieuse nécessité que je ressentais de ne pas effacer les individus, les aspérités des vies, minuscules ou pas, des acteurs de l’histoire. Je ne voulais pas avoir recours systématiquement au principe de l’exemple dans le cours du récit, qui me semble écraser les hommes et les femmes sous le poids de ce qu’ils devraient représenter. D’où mon parti pris qui était de partir plutôt, à chaque séance, d’un individu, de son parcours de vie et de ce qu’il pouvait éclairer des trajectoires des sociétés.

 

CM Personnage introductif
La Révolution américaine dans son contexte atlantique Amand Broussard
Des colonies sans révolution Molly et Joseph Brandt
L’échelle du continent : une conquête coloniale Augustin Ravoux
La diversité : société, communautés, religions Les Ziegler
L’esclavage et la liberté : Africains-Américains et Africains-Canadiens Solomon Northup
Le capitalisme comme société et comme culture Firmin Desloges
Démocratisation, politisation et crise de l’Union Felix Grundy
Les Rébellions de 1837-1838 et le Canada-Uni Philippe-Napoléon Pacaud
La formation d’une culture nationale étatsunienne
La Guerre de Sécession Franz Sigel
La naissance de la Confédération canadienne Anne Nelson Brown
La Reconstruction Josephine Griffing

Ainsi raconter l’histoire de Josephine Griffing permettait de lire, dans ses choix, les tensions du destin collectif étasunien : naissance en Nouvelle-Angleterre, migration dans l’Ohio, investissement dans les mouvements abolitionniste et féministe, installation sans son mari mais avec ses trois filles à Washington en 1864 pour influer sur les politiques de reconstruction et participer à celle-ci, employée par Bureau des Affranchis à la politique duquel elle n’adhère pas entièrement, ce qui permet non seulement de mettre le doigt sur le rôle des femmes dans ce mouvement mais de pointer les contradictions de la Reconstruction. Il ne s’agissait pas pour moi de célébrer l’individualisme en refusant la société mais d’ouvrir la relation entre individu et société, au sens où Walt Whitman lançait « I celebrate myself » tout en mettant en vers d’un même mouvement le destin collectif américain, les élections de 1860 ou le mouvement des colons vers l’Ouest.

Une fois actée la méthode, restait le choix des personnages. Il furent plus de douze : je n’ai pas utilisé la démarche lors d’une seule séance (ce qui ne justifie sans doute pas complètement) et j’ai au contraire mis en scène un couple frère-sœur (les Brandt) et une famille (les Ziegler). En août je suis parti avec les meilleurs intentions du monde : je devais choisir des inconnus et des célébrités (Felix Grundy a son biographe[1], Solomon Northrup son cinéaste[2]), et il fallait un échantillon d’humanité, de tous sexes et de toutes origines sociales et culturelles. Tout en refusant de tomber dans le travers d’une sorte d’absurde politique des quotas dans la narration, il me faut bien reconnaître des imperfections dans mes choix. Géographiquement d’abord : je ne pouvais évidemment contenter tout le monde mais du Québec à la Louisiane en passant par le Missouri, le Kentucky, le Connecticut, l’espace de mes personnages est vaste. Pourtant un regard rétrospectif laisse deviner des blancs curieusement inversés : personne n’est dans ma liste issu des grandes villes de l’Est (Boston, New York ou Philadelphie) ni du Sud-Ouest devenu étatsunien en 1848. Ce dernier point est plus problématique encore si je prends d’autres critères. En utilisant la typologie actuelle, le constant est brutal : mon monde est outrageusement blanc : il ne fait de la place qu’à un couple amérindien et un Africain-Américain, et surtout à aucun Hispanique (je me console vaguement en ayant compensé par une séance de TD sur le sujet). En resserrant la focale sur ce monde blanc, malgré tout, c’est sa diversité qui frappe puisqu’il est composé de migrants français, allemands ou écossais même temps que d’Anglo-Américains, de Bas-Canadiens et d’Acadiens. Mais le plus douloureux à reconnaître, c’est le très criant déséquilibre des sexes : trois femmes seulement ont peuplé mon CM, et les deux dernières car j’ai soudainement – et trop tardivement – pris conscience du problème. Je dis bien douloureux car je me suis toujours targué d’être attentif à la question du sexe comme à celle du genre, que ce soit dans mes cours ou dans la pratique professionnelle (recrutements, élections, temps de travail…) et là, je livre aux étudiants une Amérique du Nord dans laquelle les femmes ont bien du mal à trouver leur place. Je me demande d’ailleurs ce qu’ont bien pu en penser les étudiants et étudiantes en question, à qui j’ai bien précisé de penser à remplir le questionnaire d’évaluation des enseignements. La leçon est qu’il faut se méfier de soi-même et réfléchir d’avantage en amont, mais, encore une fois, sans tomber dans l’excès de fragmentation communautaire sans quoi la recherche d’équilibre s’apparenterait à une totale rigidité taxinomique et de surcroît mènerait à des accusations d’oubli coupable car on ne peut imaginer tenir compte de toutes les « communautés » susceptibles d’êtres recréées a posteriori.

[1] J. Roderick III Heller, Democracy’s Lawyer : Felix Grundy of the Old Northwest, Baton Rouge, Louisiana State University Press, 2010.

[2] Twelve Years a Slave, de Steve McQueen, 2013.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.