Deux soldats français de la Guerre de Sécession et les étudiants rochelais

Ernest Tasset et Benjamin Tarpin étaient deux migrants français installés à Saint-Louis. Ils se sont engagés comme soldats de l’Union lors de la guerre de Sécession, mais n’en sont pas devenus américains pour autant : tous deux ont en 1865, au lendemain de la guerre, fait appel à leurs services consulaires pour se sortir de parcours migratoires délicats. C’est ce qu’ont découvert les étudiants rochelais de deuxième année de licence d’histoire.

http://www.civilwar.org/battlefields/championhill/maps/championhillmap.html. Benjamin Tarpin est membre du 26e régiment du Missouri (26 MO), dans la bridage de Boomer, division Crooker
http://www.civilwar.org/battlefields/championhill/maps/championhillmap.html. Benjamin Tarpin est membre du 26e régiment du Missouri (26 MO), dans la bridage de Boomer, division Crooker

Pour la quatrième fois je propose en L2 un cours curieusement intitulé « analyse documentaire pour historiens », déconnecté d’un quelconque CM alors qu’il s’agit finalement d’y proposer ce qui devrait être l’objet d’un TD : de la méthodologie, une plongée dans le travail historique au plus près des sources. Mal inséré dans une maquette de licence où il n’était pas initialement prévu (et où il fut placé pour de curieuses raisons que seule l’université sait produire), il disparaîtra dans la nouvelle offre de formation mais m’aura malgré tout donné beaucoup de plaisir, ne serait-ce que parce que j’ai tenté de faire comprendre aux étudiants que, justement, le plaisir devait les guider dans une démarche de recherche à la fois rigoureuse et ludique (j’espère en écrivant cela que les étudiants qui ont subi ce cours ne me contrediraient pas trop…). Tous les ans j’ai renouvelé le cours à près de 90 %, en proposant à chaque séance des sources brutes que j’avais photographié moi-même dans les divers dépôts que je fréquente pour mes recherches personnelles ou ailleurs, ce qui nous a conduit aussi les étudiants et moi, vers la bande dessinée ou la musique.

Cette année, après une séance consacrée au traitement sériel des sources appuyées sur une comparaison entre les registres de passeports intérieurs de Paimpol et de Saint-Jean-d’Angély pour l’année 1815, j’ai donné aux étudiants l’occasion de se pencher sur la méthode microhistorique en partant de deux cas non pas exemplaires mais ressortant de formes d’« exceptionnel normal ». Le premier était issu des archives départementales des Côtes-d’Armor : Laurent Zebetti, un vitrier ambulant venu des Grisons était en 1803 arrêté par les gendarmes dans une taverne des Villes Moisan, sur la route de Saint-Brieuc à Quintin, pour avoir menacé d’incendier l’établissement[1]. Le deuxième nous portait vers le corridor créole. Au Centre des archives diplomatiques de Nantes, les fonds de New York comprennent de la correspondance adressée par d’autres consulats, dont celui de Saint-Louis, à la métropole du Nord-Est. Des appels à l’aide de migrants surgissent alors sous la plume des consuls du Missouri. En l’occurrence, les étudiants se sont vu proposé deux cas. En trois lettres, ils découvraient d’abord la veuve Tasset, qui en 1864 réclamait un rapatriement en France par voie consulaire mais demandait de retarder la procédure le temps que son fils rentre du front. Ceci fait, à l’automne 1865, les deux regagnaient effectivement leur pays d’origine. Les mêmes étudiants apprenaient ensuite que Benjamin Tarpin, lui aussi vétéran, était dans la gêne aux lendemains du conflit, une maladie d’yeux l’empêchant de trouver un emploi fixe[2].

L’exercice était aisé : il s’agissait, avec de simples outils numériques, de tracer le parcours de vie des deux hommes en question (celui de la veuve était plus délicat à traiter depuis les salles de cours), en centrant la réflexion sur ce qui était le plus commode à cibler : les carrières militaires. Les étudiants ont tâtonné, bien sûr, mais ont su dans l’ensemble trouver des bases de données de soldats de la Guerre de Sécession, sans penser toutefois à préciser leurs requêtes, à centrer leur recherche sur le Missouri . Une fois aiguillés sur la base en ligne des soldats missouriens, http://s1.sos.mo.gov/records/archives/archivesdb/soldiers/default.aspx, ils ont pu découvrir qu’Ernest Tasset avait fait partie, d’août 1864 à août 1865, du 40e Régiment volontaire d’infanterie du Missouri, au sein de la compagnie H initialement sous les ordres du capitaine Stillinger. Benjamin Tarpin a eu une carrière plus longue: dès octobre 1861 il est caporal du régiment des Benton Cadets, avant de s’engager en février 1862 dans le 26e Régiment volontaire d’infanterie du Missouri, sans doute jusqu’aux phases de dissolution dudit régiment entre la fin de 1864 et septembre 1865. A priori ces deux soldats n’ont laissé aucun écrit personnel – correspondance ou journal – permettant de retracer leur expérience de guerre (ce qui est fort dommage, eût égard à ce qu’apporte de tels fonds, très abondants aux Etats-Unis sur ce conflit), mais les étudiants ont pu suivre l’itinéraire de leurs formations grâce, de nouveau, aux très nombreuses ressources en ligne sur les unités et les opérations de la Guerre de Sécession. Tarpin a participé aux opérations dans le Missouri avant de faire partie avec son régiment de l’armée du Mississippi puis celle du Tennessee sous les ordres de Grant, celle qui mena les batailles de Iuka, Corinth, Champion Hill, le siège de Vicksburg, et leurs suites jusqu’à la fin de la guerre[3]. Il faudrait pouvoir changer d’échelle et s’intéresser plus précisément au destin de sa compagnie pour cerner la manière dont il vécu ces années de sang et de boue. Il en va de même pour Tasset, même s’il a passé moins de temps sous l’uniforme : après quelque temps passé en opérations de routine dans le Missouri, son régiment est chargé de contrer cette fantaisie tragique que fut la campagne du Tennessee lancée à l’automne 1864 par le général sudiste John Bell Hood, notamment en participant à la bataille de Nashville, puis de plonger dans le Sud profond et de clore la guerre lors de la prise du fort Blakely, en Alabama, le 9 avril 1865, le jour où l’armée de Virginie septentrionale, celle de Lee, décidait de cesser le combat.

Il s’agissait ensuite de montrer que ces bribes de vies de Tasset et de Tarpin pouvaient être déployées horizontalement et verticalement. Horizontalement pour les replacer dans un plus vaste ensemble, celui des soldats français de la Guerre de Sécession : Farid Ameur lit dans l’engagement de migrants français dans les rangs de l’Union comme de la Confédération une voie vers leur américanisation, au-delà de la diversité extrême des situations de départ[4]. Tasset et Tarpin posent des questions à ce schéma puisqu’ils quittent la guerre en s’en remettant à leur consul, en « redevenant » français. Il faudrait donc s’attacher à l’échelle microhistorienne pour saisir la signification de leurs engagements, en les localisant et en les datant le plus précisément possible : à Saint-Louis, ville au long héritage francophone et nœud de tensions régionales, dès l’automne 1861 pour Tarpin, en août 1864 seulement pour Tasset.

Verticalement, pour saisir les deux itinéraires migrants dans leur totalité. Comment expliquer leur arrivée à Saint-Louis ? Tasset est en ville avec sa mère, est-il venu enfant avec ses parents ? Tarpin est-il venu adulte, de son propre fait ? De quelles chaîne migratoire sont-ils issus ? Quelle fut leur insertion dans le tissu urbain des années 1850 ? Cette expérience fut-elle leur première aux Etats-Unis ou Saint-Louis ne fut-elle qu’au bout d’une vie migrante ? En aval, si les Tasset sont rentrés en France : comment un migrant vit-il un retour qui n’a pas peut-être pas été pensé au moment du départ ? Quelle vie le vétéran Tarpin a-t-il pu reconstruire avec l’aide du réseau consulaire français ? Bien sûr aucune de ces question n’a pu trouver de réponse lors de la séance de L2, mais l’exercice consistait aussi à savoir formuler des questions et à cibler les lieux où les réponses pourraient être trouvées, dans les fonds d’archives du Missouri à la Louisiane et à la France. J’aurai réussi l’exercice si, justement, les étudiants sont sortis de là avec de l’appétit pour le questionnement intellectuel.

 

[1] Archives départementales des Cotes-d’Armor, 4M 312, surveillance des étrangers contrôle des passeports an XI-1816, rapport du 28 vendémiaire an XII.

[2] Centre des archives diplomatiques de Nantes. New York, 474PO/1/109 : Relations NY-autres postes. Chemise « New York. Postes français aux E.U. Saint Louis 1841-1904 ».

[3] Une synthèse dans Steven E. Woodsworth, Nothing but Victory: The Army of the Tennessee, 1861-1865, New York, Norton, 2005. Mais chacune des grandes batailles de cette armée a fait l’objet de plusieurs monographies, l’histoire bataille se portant encore très bien aux Etats-Unis, y compris dans le champ universitaire. Je pourrais d’ailleurs envisager une prolongation de l’exercice dans cette voie-là, en passant par le wargame, en version papier et non informatique. Mais je n’avais déjà pas réussi à mettre en place un tel dispositif lors de mes années de professeur de lycée, et je me découvre aussi velléitaire de ce point de vue à l’université, alors même que, par exemple, la bataille de Champion Hill a fait l’objet d’un bon traitement dans la Civil War Brigade Series (http://www.gamersarchive.net/thegamers/archive) et que l’outil aiderait sans doute à la mise une place de pédagogies innovantes en histoire.

[4] Farid Ameur, Les Français dans la Guerre de Sécession, 1861-1865, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.