Firmin Desloges : hériter de deux révolutions

J’ai déjà évoqué Firmin Desloges, fils d’un marchand nantais qui, arrivé dans le Missouri en 1823, a très rapidement voulu plonger dans le mouvement étatsunien tel que décrit par Joyce Appleby et se faire l’héritier de la Révolution américaine.  Mais cette volonté acharnée du jeune homme ne se comprend que si l’on saisit en quoi il est avant tout un héritier malheureux de la Révolution française.

Le château du Grand-Fougeray (35), où est né Firmin Desloges en 1803
Le château du Grand-Fougeray (35), où est né Firmin Desloges en 1803

En janvier dernier, lors d’un dîner dans la banlieue de Saint-Louis chez un descendant de Firmin Desloges, j’admirais dans le salon les portraits du migrant et de son épouse anglo-américaine, Cynthia McIlvaine. Le couple avait voulu se donner à lui-même, et offrir à ceux qui, à l’époque et aujourd’hui encore, les observeraient, une image de réussite sociale : la petite ville minière de Potosi (Missouri) comptait là une éminente famille. Firmin l’avait souhaité ardemment, sans aucun doute, et les racines de cette volonté si claire dans sa correspondance (conservée au Missouri History Museum) ne se situent pas dans les hypothétiques racines aristocratiques de la famille[1] mais bien dans ses années de jeunesse. Car si Joseph Desloges, son père, était bien un marchand nantais, la Révolution a mis à bas le bel édifice familial : Firmin est l’héritier des soubresauts des années 1790. Les Desloges ont difficilement passé l’épisode révolutionnaire, contrairement à leurs cousins les Rozier auxquels ils se sont raccrochés dans les années 1820. Pour le comprendre, il faut enquêter au plus près du terrain. L’enquête est en cours, je n’en dévoile donc que quelques linéaments.

Contrairement à la vulgate familiale, Firmin Desloges n’est pas né à Nantes. Une recherche régressive, en partant des mariages et décès de la progéniture de Joseph Desloges, a permis de dévoiler que Joseph Gilles Desloges et Marie-Angélique Rozier se marient bien en 1788 à Nantes et y ont leurs cinq premiers enfants : Joséphine en 1788, Adèle en 1790, Joseph en 1793, Césarine en 1795 et Adolphe en 1797. Desloges père est alors un « négociant » : en 1788 et 1790 la famille loge quai de la Fosse, mais dans les années 1790 elle habite rue de la Contrescarpe. Et, plus encore, elle quitte Nantes, sans doute en 1799, pour s’installer au château de Fougeray (Le Grand-Fougeray depuis 1847) où sont nés Timothée en 1800 et Firmin en 1803. Joseph Desloges est répertorié dans les registres d’état-civil comme « cultivateur » en 1800 et comme « négociant » en 1803. Le château en question, propriété des Locquet-Granville, avait été mis sous séquestre en 1793 du fait des activités contre-révolutionnaires (et de l’exécution) du maître des lieux et fut objet de conflits durant toutes les années suivantes. Une descendante de la famille habite encore au village lorsque les Desloges y arrivent : elle a épousé en deuxième noce un républicain, Pierre Chapelier, et se bat pour la succession. Le directoire du département avait en 1799 demandé que soit réalisé l’inventaire des biens du château entre le départ du fermier Duval et l’arrivée du suivant – qui doit être Desloges[2]. Voilà donc le marchand nantais fermier au Fougeray, mais ne renonçant pas à sa condition puisqu’en 1803 c’est comme négociant qu’il est encore reconnu.

Pourtant sa situation demeure instable : François, en 1806, et Louisa, en 1809, naissent au château de la Touche, à Nozay, quelques kilomètres plus au sud, ce qui a valu à mes propres enfants quelques pérégrinations haute-bretonnes cet été en quête de traces de vie des Desloges. Le château était en piètre état en 1806 mais ce n’est sans doute pas un hasard (même si beaucoup de points demeurent obscurs dans cette errance de château en château) si les Desloges s’y installent au moment où ses propriétaires sont retirés des liste d’Emigrés et rétablis dans leurs droits[3]. Joseph est alors « employé des droits réunis actuellement à Rennes ». Les archives du personnel des contributions indirectes d’Ille-et-Vilaine ne conservent pas sa trace (notamment l’« état de Mrs les préposés de la direction d’Ille-et-Vilaine au 1er mars 1807 »[4]), mais sont lacunaires pour la période. C’est également comme employé des droits réunis que Joseph est le père de son dernier enfant, Charles, né cette fois-ci à Vannes en 1812.

Le portail du parc du château de la Touche, à Nozay (44). Le château où ont habité les Desloges a été détruit, et reconstruit en 1827. N'en subsistent que les communs et les portes du parc.
L’entrée du parc du château de la Touche, à Nozay (44). Le château où ont habité les Desloges a été détruit, et reconstruit en 1827. N’en subsistent que les communs et les portes du parc.

Je ne suis pas, en l’état, capable de retracer l’ensemble du parcours de la famille, mais Marie Angélique Rozier, épouse Desloges, écrivait à son frère Ferdinand depuis Nantes en octobre 1815[5]. Pourtant, le 13 mai 1817 c’est la ville de Paimboeuf qui recrute comme receveur de l’octroi celui qui était apparemment un « visiteur ambulant », simple employé des contributions, à savoir Joseph Desloges[6]. C’est sur les rives de la Loire, dans une petite ville au statut incertain, en déclin, que la famille s’est installée et que, par conséquence, Firmin Desloges vit à partir de sa quatorzième année, sans qu’il soit possible pour l’instant de savoir ce qu’il y fit jusqu’à ce que ses parents l’envoient en 1823 à Sainte-Geneviève, Missouri, aux bons soins de son oncle Ferdinand Rozier.

Ces quelques éclats de vie laissent deviner un destin balzacien, Paimboeuf et son receveur des contributions rappelant évidemment le Sancerre de La Muse du Département. Firmin Desloges aurait pu être un des rejetons de la Révolution sur lesquels Balzac n’a cessé de réfléchir. Mais ses parents en ont décidé autrement en faisant appel à l’oncle d’Amérique. Alors qu’Adolphe Desloges a été placé auprès de l’autre oncle Rozier, François, raffineur à Nantes, Firmin a dû se réinventer outre-Atlantique et y a saisi sa chance, quittant Balzac pour Mark Twain, un héritage révolutionnaire pour un autre.

[1] Elles sont mises en avant par Christophe Desloges dans Desloges Chronicles. A Tale of two continents. An Amazing family journey, s. l., 2012 comme par la notice wikipedia « Firmin Desloges », https://en.wikipedia.org/wiki/Desloge_family, consultée le 8 septembre 2016. L’existence de la notice est justifiée par la réussite sociale de Firmin et de ses descendants jusqu’aujourd’hui.

[2] Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, E-Depot adm Grand-Fougeray/4, délibérations du conseil municipal.

[3] Archives départementales de Loire-Atlantique, L 320, Heureux à l’administration départementale, 11 frimaire an 4 ; 4 M 429, dossiers Cornulier. Je remercie pour leur aide les membres de l’ASPHAN (Association de Sauvegarde du Patrimoine Historique de Artistique de Nozay), http://www.asphan.fr.

[4] Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, 12P/2, personnel des contributions indirectes.

[5] Missouri History Museum, Joseph Desloges collection, Box 2, Marie Angéloqie Desloges à Ferdinand Rozier, 28 octobre 1815.

[6] Archives départementales de Loire-Atlantique, registres de délibérations du conseil municipal de Paimboeuf, 23 mai 1817.


3 réflexions sur « Firmin Desloges : hériter de deux révolutions »

  1. Bonjour Monsieur

    Votre futur livre m’intéresse beaucoup.
    A cause du Belem, je me suis plus intéressé à ma famille nantaise.
    Ma grand mère maternelle est la petite fille de Pitre Rozier, armateur à Nantes qui avait racheté le Belem lors de la faillite Demange en 1909. Il correspondait avec son cousin germain Ferdinand et était aussi associé mais surtout travaillé avec François Rozier avec ses cousins Polo dans le sucre.
    Nous avons quelques souvenirs.

    En attendant de lire votre livre, je vous prie de croire à mes meilleurs sentiments

    Olivier Coutau Bégarie

  2. Je suis de la famille française DESLOGE sans S
    Firmin DESLOGES ne porte pas de S à la fin ainsi que la plus part des DESLOGE que j’ai visité dans les années 1951 à Saint Louis
    S’agit-il d’une erreur de greffier ou d’historien
    Bien cordialement

    1. Bonjour
      Comme la plupart des anthroponymes, “Desloge(s)” a beaucoup varié et les sources sur lesquelles je travaille hésitent souvent. Je reconnais évidemment que depuis longtemps il s’est stabilisé sans “s” en France comme outre-Atlantique. J’avais pour ce billet fait le choix du “s”, je me dirige vers son absence définitive dans mes futures publications.
      Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.