Enseigner La Jeune République : décentrer/recentrer le regard

A l’Université de La Rochelle, où j’entame ma neuvième année de travail ce mois de septembre, j’ai la chance d’enseigner l’histoire des Etats-Unis – « nord-américaine » serait plus juste – dans un département d’histoire. Mais je ne donnais jusqu’à présent qu’un seul cours vraiment spécialisé, en l’occurrence en « histoire environnementale de l’Ouest nord-américain », cours qui me tient à cœur mais qui doit sa création à la demande de mon université de développer dans tous les départements des enseignement à thématique environnementale, jointe à la chance d’avoir pu bénéficier pour lancer l’initiative d’une des « bourse de spécialisation » que le gouvernement fédéral canadien a longtemps octroyées avant que Stephen Harper ne décide d’en supprimer le financement. Pour le reste il s’agissait pour l’essentiel de donner à voir, en L1 comme en L3, l’histoire de l’Amérique du Nord (et parfois de l’Amérique en général) de la Guerre de Sept Ans à nos jours sous de vastes aspects transversaux.

Wild, Vue de Cadondelet, sans titre, s.d., St. Louis Mercantile Library
Wild, Vue de Cadondelet, sans titre, s.d., St. Louis Mercantile Library

Or à cette rentrée j’expérimente, en « profitant » (qu’il me pardonne !) du départ à la retraite de mon collègue moderniste Didier Poton avec qui je partageais jusque là un enseignement, un cours de L3 sur l’Amérique du Nord entre la dite Guerre de Sept Ans et, en gros, 1870, qui embrasserait donc l’histoire des Etats-Unis de leur naissance à la Reconstruction comme celle des colonies britanniques qui donneront naissance à la confédération canadienne en 1867. J’ajoute que grâce à Carina Sartori, une partie des séances de TD aura comme objet une comparaison thématique avec les Amériques ibériques, mais je n’évoquerai ici que le CM. Car ce CM, qui enlace deux récits a priori fort classiques (Révolution, Jeune République, Guerre de Sécession et ses suites d’un côté ; succession des formes du régime colonial et gestion du fait français de l’autre), pose d’autres soucis que cet entrelacement qui a beaucoup d’égard me semble naturel, soucis que je retrouve dans un projet en cours d’écriture de manuel.

Ces soucis viennent en fait de mes thématiques de recherche. De manière générale j’ai pris l’habitude de travailler sur les marges : l’Ouest américain, les catholiques, les francophones…Il me faudrait donc, en même temps que j’en appelle sans cesse, dans ma logique de chercheur, à un décentrement du regard (sur l’histoire des Etats-Unis en particulier), opérer une sorte de recentrement à visée didactique du fait que, malgré tout, c’est bien à Philadelphie que l’indépendance est proclamée et à Ottawa que s’installe le gouvernement canadien.

L’objectif de mon semestre sera donc de transformer cette tension entre décentrement et recentrement en principe moteur de l’histoire nord-américaine. Les historiens canadiens sont d’une certaine manière familiers de ce problème : comment produire un récit unifié d’un pays éclaté ? D’autant plus qu’un tel récit précédant la Confédération tient automatiquement de la téléologie : de Terre-Neuve à l’île de Vancouver les mondes se succèdent et la domination coloniale britannique peut-elle suffire à produire de l’unité et du sens quand elle-même est si fragmentée ? Jean-François Cardin et Claude Couture l’avaient bien compris en réalisant leur manuel exemplaire en 1996 – qui tentait de comprendre ce qui construisait en même temps sur le temps long le « Canada » et des régions fortes aux histoires singulières – et Cole Harris plus récemment a de même régionalisé son histoire du Canada pré-1867[1].

Pour ce qui est des Etats-Unis, faisons pour poser le problème dialoguer deux ouvrages, pris quelque peu arbitrairement dans la masse disponible. Premièrement celui de Kathleen DuVal, qui a en 2015 tenté brillamment une histoire de la Révolution américaine observée depuis le Golfe du Mexique et son hinterland (le futur Sud Profond), centrée sur la Nouvelle-Orléans, Pensacola et les pays chickasaw et creek[2]. En passant par l’observation de destins individuels sur un large spectre (des hommes blancs, certes mais aussi des femmes, des esclaves africains-américains, des Indiens…) et en choisissant d’observer le processus révolutionnaire du point de vue des Britanniques, des Espagnols, et de tous les habitants de la région (nations indiennes jouant leur propre jeu, colons de toutes sortes cherchant la meilleure voie vers le succès), elle prouve que l’« indépendance » revendiquée par les Treize Colonies pouvait prendre d’autres formes que les Etats-Unis et que l’espoir d’un monde meilleur et nouveau n’était pas uniquement du côté des Insurgents. Ceux qui ont choisi de demeurer sous une tutelle a priori tyrannique, qu’elle soit espagnole ou britannique, doivent être compris également, comme ceux qui ont tenté de jouer des rivalités de puissance pour glisser leur tranquillité et leur prospérité entre les lignes. Cela permet de rappeler aussi, comme le fit Andrew Jackson O’Shaughnessy, que centrer le regard sur les Treize Colonies fausse le récit : l’empire britannique d’Amérique est en fait profondément divisé et il faut s’interroger sur les raisons qui font que beaucoup de colonies n’ont pas proclamé leur indépendance (du Québec à la Floride et à la Jamaïque) pour comprendre celles qui l’on fait[3]. Travailler sur le Corridor Créole mène à poser les mêmes questions. Il faudrait reprendre à nouveaux frais, en se posant à l’ouest et en regardant vers l’est, pour reprendre une expression que Daniel Richter appliquait à l’histoire indienne mais qui vaut tout autant pour l’histoire créole[4], des épisodes classiques comme celui de l’expédition de George Rogers Clark dans ce qui est encore le Pays des lllinois afin de répondre à une question simple : qu’avait pour elle cette révolution ? S’interroger sur son potentiel de séduction sur les marges permet de mieux comprendre ses fondements culturels. Il faut en passer par des changements d’échelle, quitter le bloc des Treize Colonies pour penser les choix individuels d’une part, et ceux-ci à l’échelle américano-caribéenne d’autre part, le tout afin de déceler toutes les options possibles, tous les récits en cours sur le continent[5], seule manière de positionner clairement celui de la Révolution américaine.

Cela nous renvoie au deuxième ouvrage, plus ancien : Joyce Appleby proposait en 2001une analyse de la première génération post-révolutionnaire en utilisant certes de nombreuses vignettes biographiques mais en usant en fait d’une méthode inverse de celle de DuVal, et plus classique[6]. Il s’agissait pour le coup d’un regard totalement centré, et assumé comme tel, sur ce qui constitue toujours implicitement le cœur de l’expérience américaine : le Nord, et plus encore le Nord-Est. Faire de l’histoire du Nord ou du Nord-Est ne sera en effet jamais considéré comme faire de l’histoire régionale, alors que choisir un terrain d’étude dans le Sud, l’Ouest ou le Midwest peut facilement mener à être classé comme historien régional. Le propos d’Appelby était en fait justement de comprendre cette curieuse construction : les Etats du Nord ont accaparé l’identité nationale en élaborant eux-mêmes, en les entrelaçant sans cesse, une nation et un récit national. Je ne peux m’empêcher de noter d’ailleurs que cette manière de forger une nation devrait être l’objet de comparaisons et de connections, que c’est l’essence même des processus de construction nationale du début du 19e siècle que de devoir être lus dans un cadre transnational, et que Joyce Appleby, qui rédigeait son ouvrage dans une fin des années 1990 durant laquelle l’Organization of American Historians avait justement lancé une réflexion sur le sujet[7], a peut-être manqué une occasion d’enrichir encore sa réflexion. Ceci dit, Appleby a malgré tout défini pour partie les termes du débat historiographique américain, notamment par son insistance sur le capitalisme et le marché[8], y compris dans son absence de définition claire des deux termes, absence aujourd’hui revendiquée par les praticiens de ce qui est devenu un champ extrêmement dynamique, l’« histoire du capitalisme », qui ne relève sans doute pas tant de l’histoire économique (au moins pas au sens très économétricien dans lequel les Américains l’entendent le plus souvent) mais d’une histoire du marché comme société et comme culture, socle sur lequel est appuyée la construction nationale américaine.

Ce qui m’intéresse particulièrement ici c’est l’analyse du courant majoritaire qui semble tout emporter sur son passage et nier les cultures et récits alternatifs et minoritaires. DuVal permettait de penser ces derniers, mais pour mieux comprendre le cœur. Appleby, à l’inverse, interroge directement le cœur, donc en mettant de côté, implicitement parfois et explicitement à d’autres moments, les femmes, les Africains-Américains, les habitant du Sud (avant qu’ils ne devient des Sudistes), les Indiens ou les migrants qui choisissent les Etats-Unis. Et encore plus, évidemment, ceux qui ne sont jamais cités, les créoles (j’ai dit dans un précédent billet ce que ce terme posait comme problèmes, je n’y reviens pas). Chacun des thèmes abordés par Appleby pourrait pourtant être interrogé par le filtre créole pour prolonger les questionnements de DuVal : en quoi cette nation-là, celle du marché, du réveil évangélique et la question noire, pouvait-elle répondre aux attentes des francophones enracinés de longue date comme de ceux qui choisissaient encore dans ce premier 19e siècle de faire des vallées de l’Ohio et du Mississippi leur foyer ? C’est interroger à la fois ce qui fait le caractère américain et en quoi il s’inscrit dans des dynamiques que le dépassent. C’est finalement répondre aux Américains eux-mêmes, qui une fois la Révolution passé ont très vite imaginé leur nouvelle nation comme exceptionnelle, ce qui demeure malgré tout une tentation forte d’historiens qui ont souvent des difficultés à regarder au-delà de leur historiographie nationale.

Ainsi lorsque Martin Bruegel (que je prends comme exemple ici car justement il est de ces Européens qui savent manier plusieurs historiographies quand ils pratiquent l’histoire étasunienne) décrit dans les comtés de Green et de Columbia, dans la vallée de l’Hudson, l’arrivée du marché qui passe entre autres par la monétarisation des transactions commerciales, comment ne pas penser au phénomène comparable dans le corridor créole[9] ? A Sainte-Geneviève comme à Cahokia, les peaux de chevreuil ont longtemps représenté l’unité de compte de base de l’économie. Mais au début du 19e siècle, comme dans la vallée de l’Hudson, ce n’est plus le cas, et l’univers qui surgit ressemble à maints égards à celui de l’Etat de New-York. Pour autant les conditions et les modalités de mise en place ne furent pas les mêmes, et il serait absurde de lier le changement de monde uniquement à la migration d’Anglo-Américains de la fameuse première génération post-révolutionnaire qui auraient apporté d’un bloc leur univers culturel, donc économique. C’est localement que les mutations prennent corps, aussi en fonction de dynamiques autochtones comme de dynamique atlantiques autres que celles regardées habituellement depuis le Nord-Est.

Un enseignement de la Jeune République, comme de l’histoire des colonies demeurées britanniques, doit donc pour donner du sens à l’expérience nord-américaine l’envisager dans toutes ses dimensions : être attentif au récit de synthèse indispensable, au discours produit par les Etats-Unis et le Canada sur eux-mêmes, mais aussi à la multitude des possibles, des voies vers une histoire nord-américaine intégrée – intégrée parce qu’éclatée, d’une certaine manière. Le défi de l’enseignement est de tout faire tenir ensemble : il n’est pas question d’oublier Lexington, le 4 juillet, Jefferson et Jackson, ou plus au nord Papineau, Cartier, MacDonald et consorts, mais de parvenir en temps limité à faire comprendre que l’histoire s’est construite de manière plus complexe que par ces seules figures et moments obligés, et que l’on doit aussi comprendre l’histoire du continent entre les années 1760 et les années 1860 en partant de Saint-Boniface, de Los Angeles ou de Kaskaskia, mais aussi de Prophetstown ou de Coweta. Je reviendrai sur les réussites (j’ose espérer !) et les échecs (il y en aura, puisqu’il s’agit d’enseigner), de l’expérience en CM au cours du semestre.

[1] Jean-François Cardin et Claude Couture, Histoire du Canada : Espace et différences, Québec, Presses de l’Université Laval, 1996 ; Cole Harris, Le pays revêche : société, espace et environnement au Canada avant la Confédération, Québec, Presses de l’Université Laval, 2012 [2008].

[2] Kathleen DuVal, Independence lost: Lives on the edge of the American Revolution, New York, Random House, 2015.

[3] Andrew Jackson O’Shaughnessy, An empire divided: The American Revolution and the British Caribbean, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2000.

[4] Daniel K. Richter, Facing East from Indian country : A Native history of early America, Cambridge, Harvard University Press, 2001.

[5] Claudio Saunt, West of the Revolution: An uncommon history of 1776, New York, Norton, 2014.

[6] Joyce Appleby, Inheriting the Revolution: The first generation of Americans, Cambridge, Harvard University Press, 2001.

[7] Ce sont les années du rapport La Pietra, dont les débats sont synthétisés dans Thomas Bender, ed., Rethinking American history in a global age, Berkeley, University of California Press, 2002. Bender a poursuivi lui-même la reflexion dans Nation among nations : America’s place in world history, New York, Hill and Wang, 2006, et beaucoup d’autres ont pris le même chemin.

[8] Elle a elle même continué dans cette voie : Joyce Appley, Capitalisme : histoire d’une révolution permanente, Paris, Piranha, 2016 (2010).

[9] Martin Bruegel, Farm, shop, landing: The rise of a market society in the Hudson Valley, 1780-1860, Durham, Duke University Press, 2002.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.