Nouvelles du corridor créole

Ce carnet a le projet de présenter un chantier de recherche en cours. Il s’agit de repenser l’histoire des vallées de l’Ohio et du Mississippi entre 1763 (fin du régime français) et 1861 (début de la Guerre de Sécession) autour de deux axes interdépendants : la présence francophone (d’où le terme « créole ») en constant renouvellement sur la période dans un espace que la France a pourtant perdu comme colonie en 1763 ; la connexion de cet espace continental à un vaste système atlantique. Une réflexion sur ces deux axes  permettra de repenser l’histoire de la Jeune République américaine, c’est-à-dire l’histoire de la constitution de la nation étatsunienne dans un cadre atlantique. La réflexion porte sur des cas de familles ou d’institutions, dans le Kentucky et le Missouri, qui permettent de lier largement, en jouant sur les échelles, les temporalités et les espaces.

La maison Beauvais-Amoureux à Sainte-Geneviève (Missouri) construite en 1792
La maison Beauvais-Amoureux à Sainte-Geneviève (Missouri) construite en 1792

3 réflexions sur « Nouvelles du corridor créole »

  1. Bonjour Tangi,
    Merci de nous faire partager tes recherches sur ce carnet fort intéressant! Comme tu le sais, j’effleure moi-même l’histoire de cet espace dans mes recherches sur l’immigration des religieux français au Canada au XIXe siècle. Bon nombre d’entre eux sont d’abord passés par les vallées de l’Ohio et du Mississippi avant de rejoindre le Canada. Je pense par exemple aux pères Nicolas Point s.j. (Kentucky, Louisiane, Missouri, etc.) et François Gouesse c.s.c. (Indiana, Louisiane). Malheureusement, je ne peux m’y intéresser que brièvement, car ce n’est pas le cœur de ma thèse. Je vais continuer à suivre attentivement l’évolution de ton travail, notamment à propos de la question – passionnante – de l’intégration de cet espace au système atlantique.
    Simon

    1. Bonjour Simon.
      Tu mentionnes François Gouesse, j’en profite pour évoquer les archives de l’Université Notre Dame, dans l’Indiana, qui contiennent de très importants fonds Gouesse. Notre Dame a mené depuis plus d’un siècle une politique de collecte d’archives catholiques du Midwest, et est donc un des lieux les plus utiles pour toute étude du corridor créole, non seulement pour travailler sur l’Église comme institution missionnaire mais aussi sur l’ensemble des populations catholiques, et souvent francophones, touchées par les prêtres, frères, et sœurs. Je reviendrai souvent sur cette histoire négligée car ghettoïsée et “autoghettoïsée” (aux États-Unis comme en France) peu attirante aux yeux de beaucoup de chercheurs et d’étudiants mais exemplaire à maints égards des dynamiques atlantiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.