Tous les articles par Soazig Villerbu

Les sources catholiques et le corridor créole

Les Sœurs de la Charité de Nazareth possèdent dans les archives de leur maison-mère aux portes de Bardstown (https://scnfamily.org/archives/), dans le Kentucky, des fonds réduits mais qui intéressent l’historien de la francophonie des vallées de l’Ohio et du Mississippi.

https://www.yelp.com/biz/sisters-of-charity-of-nazareth-nazareth
La maison mère des Sœurs de la Charité de Nazareth dans le Kentucky, https://www.yelp.com/biz/sisters-of-charity-of-nazareth-nazareth

 

Continuer la lecture de Les sources catholiques et le corridor créole

Firmin Desloges : hériter de deux révolutions

J’ai déjà évoqué Firmin Desloges, fils d’un marchand nantais qui, arrivé dans le Missouri en 1823, a très rapidement voulu plonger dans le mouvement étatsunien tel que décrit par Joyce Appleby et se faire l’héritier de la Révolution américaine.  Mais cette volonté acharnée du jeune homme ne se comprend que si l’on saisit en quoi il est avant tout un héritier malheureux de la Révolution française.

Le château du Grand-Fougeray (35), où est né Firmin Desloges en 1803
Le château du Grand-Fougeray (35), où est né Firmin Desloges en 1803

Continuer la lecture de Firmin Desloges : hériter de deux révolutions

Enseigner La Jeune République : décentrer/recentrer le regard

A l’Université de La Rochelle, où j’entame ma neuvième année de travail ce mois de septembre, j’ai la chance d’enseigner l’histoire des Etats-Unis – « nord-américaine » serait plus juste – dans un département d’histoire. Mais je ne donnais jusqu’à présent qu’un seul cours vraiment spécialisé, en l’occurrence en « histoire environnementale de l’Ouest nord-américain », cours qui me tient à cœur mais qui doit sa création à la demande de mon université de développer dans tous les départements des enseignement à thématique environnementale, jointe à la chance d’avoir pu bénéficier pour lancer l’initiative d’une des « bourse de spécialisation » que le gouvernement fédéral canadien a longtemps octroyées avant que Stephen Harper ne décide d’en supprimer le financement. Pour le reste il s’agissait pour l’essentiel de donner à voir, en L1 comme en L3, l’histoire de l’Amérique du Nord (et parfois de l’Amérique en général) de la Guerre de Sept Ans à nos jours sous de vastes aspects transversaux.

Wild, Vue de Cadondelet, sans titre, s.d., St. Louis Mercantile Library
Wild, Vue de Cadondelet, sans titre, s.d., St. Louis Mercantile Library

Continuer la lecture de Enseigner La Jeune République : décentrer/recentrer le regard

Sainte-Geneviève (Missouri) et le monde atlantique: Michel Amoureux en 1813. Suite.

Reprenons cette note envoyée par Amoureux à Depestre et intéressons-nous cette fois-ci aux produits.

Ils peuvent être facilement divisés en trois catégories :

  • des produits textiles d’abord. Il faut noter qu’Amoureux couvre une large gamme : des toiles à chemise d’Europe du Nord qui ne peuvent être introduites que par des navires suédois ou russes du fait du contexte de guerre (la Guerre de 1812 redoublant dans l’Atlantique et sur le continent les guerres napoléoniennes) ; des mouchoirs de Cholet et d’ailleurs ; et surtout des indiennes, que l’on peut remplacer le cas échéant mais qu’Amoureux souhaite pouvoir importer jusqu’à Sainte-Geneviève. Dans l’ensemble c’est donc toute la population locale qui est habillé et équipée de toiles d’importation (peut-être que les esclaves eux-mêmes portent des chemises de Silésie), mais l’importation de produits de luxe ou demi-luxe est ici doublement intéressante.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_Lorient#/media/File:Jacques-Nicolas_Bellin_-_Carte_de_l%27Enclot_de_Lorient.jpg
https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_Lorient#/media/File:Jacques-Nicolas_Bellin_-_Carte_de_l%27Enclot_de_Lorient.jpg

Continuer la lecture de Sainte-Geneviève (Missouri) et le monde atlantique: Michel Amoureux en 1813. Suite.

RALENTI, MICROHISTOIRE ET ÉCLATS DU MONDE. DEUXIEME PARTIE.

Il est peu de champs historiographiques qui ont donné lieu à davantage de développements théoriques, dans les deux ou trois décennies les plus récentes, que la microhistoire et l’histoire globale (et « mondiale », et « connectée »…) ou que la rencontre des deux, rapidement perçue comme fertile et réinventée il y a peu sous le terme (à discuter) de « microhistoire globale ». Je souscris à la pertinence de la démarche, c’est-à-dire au fond à deux éléments fondamentaux : le jeu d’échelles et le jeu littéraire, la recherche des formes narratives et heuristiques les mieux à même de rendre compte de réalités connectées et emboîtées.

3108M1FTDFL._SX301_BO1,204,203,200_

Continuer la lecture de RALENTI, MICROHISTOIRE ET ÉCLATS DU MONDE. DEUXIEME PARTIE.

Autour de la guerre de 1812

En janvier de 2015 je présentais en séminaire à Nantes une ébauche de recherche sur les francophones face à et dans la bataille de Prairie du Chien, qui eu lieu à l’été 1814, lors de la Guerre de 1812. Je me plaignais alors de l’état de l’historiographie du conflit en question, du peu de renouveau qu’avait entraîné son bicentenaire (il est vrai étouffé par le cent-cinquantième anniversaire de la Guerre de Sécession), et plus particulièrement du triste sort fait à cette bataille de Prairie-du-Chien, sur un front que les cartes de la Guerre de 1812 ne représentent jamais et que les synthèse oublient allègrement.

Mais voici que sort une monographie sur le sujet : Mary Eloise Antoine, The War of 1812 in Wisconsin : The Battle for Prairie du Chien, Madison, Wisconsin Historical Society Press, 2016.

495-t1

On peut évidemment regretter qu’elle s’inscrive plutôt dans les circuits de l’érudition locale, mais il faut noter que l’effort s’insère tout de même dans un questionnement plus général, sur Prairie du Chien (porté le beau livre de Lucy Eldesrveld Murphy, Great Lakes Creoles. A French-Indian Community on the Northern Borderlands, Prairie du Chien, 1750-1860, New York, Cambridge University Press, 2014) comme sur les « créoles » dans la guerre de 1812. Il fut question de ces derniers à La Nouvelle-Orléans en mars de cette année 2016 (http://yalelouisiana.beauxapps.com/event/bright-lecture-celebrating-jackson-day-a-francophone-perspective-on-the-war-of-1812-11/) et il en sera encore question en juillet à New Haven lors du congrès de la Society for Historians of the Early American Republic (http://www.shear.org/wp-content/uploads/2014/05/NewHavenSHEAR2016_program.pdf)

Ralenti, microhistoire et éclats du monde. Première partie.

Il y a deux ans, une des lectures qui m’avait le plus frappé, et à laquelle je songe encore souvent, était l’ouvrage de Gauthier Aubert consacré aux révoltes du Papier Timbré de 1675, et plus spécialement à Rennes[1]. Je ne me permettrai pas de discuter de l’interprétation des révoltes, sur lesquelles je confesse une incompétence certaine, mais le travail théorique qui sous-tend l’ouvrage est d’une incontestable richesse, même si   – et peut-être parce – Aubert ne se revendique d’aucune école mais plutôt d’un bricolage épistémologique. Le pari est celui d’une histoire événementielle assumée, d’un récit qui plonge au plus profond du détail des journées de révolte rennaises, au plus près des faits et des individus, donc aussi au plus fin du grain de l’archive. L’impression qui s’en dégage est triple, à mes yeux.

Continuer la lecture de Ralenti, microhistoire et éclats du monde. Première partie.

Gisements archivistiques, langues de la recherche et histoire globale

Mes quelques huit années de recherche sur l’histoire du catholicisme dans les vallées du Mississippi et de l’Ohio de la fin du 18e siècle au milieu du 19e siècle m’ont appris deux choses sur lesquelles mon travail, qui s’est désormais éloigné (sans s’en détacher complètement, j’y reviendrai) du religieux, s’appuie encore aujourd’hui : il existe des gisements extraordinaires d’archives en français aux Etats-Unis (et en France !) concernant la période ; ces gisements sont inexploités, inconnus mêmes, du fait d’une incapacité très majoritairement partagée chez les historiens américains à travailler des sources en français, doublée d’un désintérêt frappant chez les historiens français pour l’histoire étasunienne.

Je l’ai d’abord découvert dans les archives catholiques. Je me souviens de l’archiviste du diocèse de Covington (Kentucky) répondant à ma demande de renseignement qu’effectivement il y avait bien dans son fonds Maes une correspondance en français du père Rivet (des alentours de 1800) mais qu’il ne savait pas ce qu’elle renfermait, personne n’ayant jamais pu la lire. De même à Saint-Paul (Minnesota), l’état de déshérence des riches fonds (correspondance, registres, comptabilité…) datant des années françaises du diocèse, avant 1860, m’avait-il frappé. J’ai depuis pris conscience que ce qui valait pour les archives religieuses valait pour toutes les autres, sauf exception.

Registre portatif d'Augustin Ravoux, années 1840, Archives de l'archevêché de St.Paul Minneapolis
Registre portatif d’Augustin Ravoux, années 1840, Archives de l’archevêché de St.Paul Minneapolis

Continuer la lecture de Gisements archivistiques, langues de la recherche et histoire globale

Créole ?

Le terme de « créole » à l’affiche de ce carnet de recherche ne doit pas être pris comme une donnée fixe mais comme un questionnement. Lorsque Jay Gitlin a présenté son « corridor créole », il convenait lui-même que le terme posait problème[1]. Il a évidemment son utilité : il sert ici à poser l’existence de nombreux francophones dans les bassins de l’Ohio et du Mississippi jusqu’à la Guerre de Sécession et à interroger le sens de cette présence. Mais passé ce postulat, force est de constater que « créole » ne va pas de soi : le terme est polysémique, d’usage différencié en fonction des sous-espaces concernés, d’une chronologie fine, et d’impératifs sociaux, raciaux, culturels ou politiques.

Maison Rozier, Sainte-Geneviève
Maison Rozier, Sainte-Geneviève

Continuer la lecture de Créole ?

Nouvelles du corridor créole

Ce carnet a le projet de présenter un chantier de recherche en cours. Il s’agit de repenser l’histoire des vallées de l’Ohio et du Mississippi entre 1763 (fin du régime français) et 1861 (début de la Guerre de Sécession) autour de deux axes interdépendants : la présence francophone (d’où le terme « créole ») en constant renouvellement sur la période dans un espace que la France a pourtant perdu comme colonie en 1763 ; la connexion de cet espace continental à un vaste système atlantique. Une réflexion sur ces deux axes  permettra de repenser l’histoire de la Jeune République américaine, c’est-à-dire l’histoire de la constitution de la nation étatsunienne dans un cadre atlantique. La réflexion porte sur des cas de familles ou d’institutions, dans le Kentucky et le Missouri, qui permettent de lier largement, en jouant sur les échelles, les temporalités et les espaces.

La maison Beauvais-Amoureux à Sainte-Geneviève (Missouri) construite en 1792
La maison Beauvais-Amoureux à Sainte-Geneviève (Missouri) construite en 1792