Gisements archivistiques, langues de la recherche et histoire globale

Mes quelques huit années de recherche sur l’histoire du catholicisme dans les vallées du Mississippi et de l’Ohio de la fin du 18e siècle au milieu du 19e siècle m’ont appris deux choses sur lesquelles mon travail, qui s’est désormais éloigné (sans s’en détacher complètement, j’y reviendrai) du religieux, s’appuie encore aujourd’hui : il existe des gisements extraordinaires d’archives en français aux Etats-Unis (et en France !) concernant la période ; ces gisements sont inexploités, inconnus mêmes, du fait d’une incapacité très majoritairement partagée chez les historiens américains à travailler des sources en français, doublée d’un désintérêt frappant chez les historiens français pour l’histoire étasunienne.

Je l’ai d’abord découvert dans les archives catholiques. Je me souviens de l’archiviste du diocèse de Covington (Kentucky) répondant à ma demande de renseignement qu’effectivement il y avait bien dans son fonds Maes une correspondance en français du père Rivet (des alentours de 1800) mais qu’il ne savait pas ce qu’elle renfermait, personne n’ayant jamais pu la lire. De même à Saint-Paul (Minnesota), l’état de déshérence des riches fonds (correspondance, registres, comptabilité…) datant des années françaises du diocèse, avant 1860, m’avait-il frappé. J’ai depuis pris conscience que ce qui valait pour les archives religieuses valait pour toutes les autres, sauf exception.

Registre portatif d'Augustin Ravoux, années 1840, Archives de l'archevêché de St.Paul Minneapolis
Registre portatif d’Augustin Ravoux, années 1840, Archives de l’archevêché de St.Paul Minneapolis

Me frappe aussi, très souvent, l’habitude prise par beaucoup d’historiens américains de faire comme si cela n’avait pas d’importance de ne pas être en mesure de traiter ces fonds. Combien de collègues traitent du peuplement français, de villages encore francophones au 19e siècle, ou d’individus particuliers, sans maîtriser la langue et donc sans pouvoir utiliser les archives existantes – ou alors en se limitant aux fonds édités en traduction, ou quelques fois à des transcriptions disponibles en archives – sans même que personne ne le remarque ? Et c’est sans compter la négligence à l’égard des fonds présents en France et qui éclairent largement cette histoire.

Évidemment, à chaque fois que je constate ce type de « défaut », je m’offusque. Mais immédiatement je me souviens d’une autre impression dérangeante ressentie lors de mes recherches au Minnesota. L’évêque français, Joseph Cretin, y avait dans les années 1850, appelé un clergé allemand pour prendre en charge les colons germanophones. D’où ma gêne extrême lorsque je m’étais trouvé confronté à des sources en allemand, langue que je ne maîtrise absolument pas, et à l’inverse ma joie quand j’avais appris qu’une partie d’entre elles avait été traduites en anglais – et pourtant, donc, je ne pouvais avoir accès qu’à une infime partie, sans doute, des fonds existants.

J’en déduis que :

  • Se pose chez les historiens un problème d’apprentissage des langues, qui est autant technique qu’intellectuel : il faut d’abord avoir conscience du problème, ressentir comme un besoin le fait de s’ouvrir à d’autres archives dans d’autres langues. Cela vaut pour les historiens étasuniens qui ont largement intégré les sources hispaniques à leurs travaux mais peinent encore face aux sources francophones, mais aussi pour de jeunes aspirants chercheurs français parfois rebutés par l’anglais – j’ai souvent fait l’expérience d’étudiants de master qui auraient bien travaillé sur les États-Unis si seulement l’historiographie n’avait pas été anglophone, comme une grande partie des sources car même si je m’efforçais de proposer justement des fonds francophones ils ne suffisaient jamais à faire le tour d’un sujet.
  • Se pose également un problème de moyens : faire l’histoire du corridor créole consiste à pratiquer l’histoire connectée et/ou globale. Or celle-ci est d’une certaine manière une histoire de riches, de privilégiés, puisqu’elle implique l’utilisation d’une multiplicité de dépôts d’archives sur au moins deux continents. Le décentrement du regard, l’attention portée au changement d’échelle et à tous les éclats d’un monde précocement globalisé sont donc évidemment des nécessités mais des nécessités coûteuses et qui peuvent générer des inégalités au sein de la profession.
  • Dans le cas précis qui me préoccupe une des solutions à l’absence de conscience des fonds archivistiques francophones dans le corridor créole pourrait peut-être être résolue par leur inventaire sous forme numérique sur un portail dédié. Cela offrirait l’occasion à la fois à certains États américains de redécouvrir leur passé et à de jeunes chercheurs de découvrir des sujets qui permettent, je le répète, des approches narratives globales et multiscalaires.

 

 

 

 

 

 

 

 


Une réflexion sur « Gisements archivistiques, langues de la recherche et histoire globale »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.