Lectures estivales

Dans une bonne librairie de Quintin – ce qui en soi est remarquable et mérite d’être dit tant la ville se distingue surtout par ses surfaces commerciales abandonnées – nommée Le Marque-page je suis tombé mi-août sur un ouvrage a priori intéressant.

Dirigé par Erwan Le Gall et François Prigent, il se veut un éclairage sur l’année 1958 en Bretagne et fait suite à un premier livre paru chez le même éditeur il y a deux ans sur 1936[1]. Tout l’intérêt réside dans le sous-titre : Pour une histoire locale de la France. L’introduction éclaire le propos : les auteurs veulent répondre au best-seller dirigé par Patrick Boucheron, Une histoire mondiale de la France, en arguant, fort justement, que l’histoire de France reste souvent pensée depuis Paris et qu’il ne faut pas tant contrer une histoire « mondiale » que varier la focale et partir du local. Ce qui donne cette écriture collective d’une année tournant  de l’histoire de France travaillée dans le contexte breton. Le problème est que le résultat est décevant, d’autant plus que le projet suscitait de fortes attentes : au bout du compte, hormis de belles pages sur les Algériens de Bretagne, les contributions demeurent souvent très classiques dans leur approche et leur méthode et surtout ne jouent jamais sur les fameuses échelles qui feraient dialoguer histoire mondiale et histoire locale. C’est d’autant plus dommage que Le Gall et Prigent ont une vraie politique de diffusion des travaux scientifiques : l’ouvrage est largement disponible dans les librairies et supermarchés bretons, il est associé au beau site http://enenvor.fr  et regorge de QR codes.  L’occasion était belle de faire partager une vision vraiment renouvelée de l’histoire.

Je crois avoir été déçu en grande partie car je sortais d’une lecture, cette fois-ci, extraordinaire : le dernier ouvrage de Stéphane Beaud, La France des Belhoumi : Portraits de famille, 1977-2017[2]. En travaillant sur une famille d’origine algérienne en France, Beaud se livre à un exercice de microsociologie qui rappelle évidemment – même si Beaud ne le dit pas comme cela – la microhistoire : prendre un cas limite pour analyser l’ensemble d’une société. Il s’agit d’un livre qui fait aimer la sociologie – et me fait regretter de ne pouvoir discuter avec des sociologues dans mon université trop petite pour disposer d’un département idoine – comme discipline de combat, pour éclairer le monde et vouloir le changer, et qui fait sentir à quel point la sphère politique aurait besoin de reprendre contact avec les sciences sociales, ce qui permettrait de ne pas rejouer les erreurs de ces dernières décennies. C’est en effet un superbe livre sur quarante années d’histoire de France, peut-être d’autant plus glaçant que ce sont mes propres années d’histoire… d’une histoire que j’ai en grande partie ratée, signe en soi du poids des fractures sociales : qu’ai-je connu de ces familles de milieux populaires et d’origine immigrée ? Pas grand-chose, à vrai dire, car depuis ma propre situation familiale et ma trajectoire sociale celles-ci me sont demeurées lointaines. Le contact le plus franc remonte à mon année de service national, effectué en « service ville » dans un établissement de Wattrelos – mais même comme jeune enseignant du secondaire il y a près de vingt ans j’ai connu la campagne normande et non les banlieues.

J’ai enchaîné, comme je l’anticipais début juillet, en entamant la lecture de la thèse d’État d’Alain Croix, publiée en 1980 : La vie, la mort, la foi. La Bretagne aux XVIe et XVIIe siècles[3]. Et là, quel émerveillement. On ne dira jamais assez à quel point ces thèses D’État devraient encore faire partie du bagage courant de tout apprenti historien. La lecture du travail de Croix offre à chaque instant une leçon de méthode et d’écriture. Elle permet aussi se prendre conscience de la vacuité de certains débats actuels, de la prétention de certains discours sur la mise en scène du moi de l’historien qu’il faudrait retrouver dans un effort littéraire. Alain Croix emploie uniquement le « je », jamais de « nous » rhétorique, et il guide le lecteur dans sa démarche d’un bout à l’autre, ne cachant rien des coulisses de son travail puisque ce sont les coulisses, autant que les résultats, qui importent ici et qui font de ce livre une leçon permanente. C’est aussi prendre conscience d’une denrée dont les enseignants chercheurs manquent de plus en plus : le temps. Pris par les absurdes exigences des appels à projet et les impératifs de productivité, nous sommes souvent des gestionnaires et ne pouvons mener à terme ce que nous souhaitons. Au risque de passer pour un affreux réactionnaire ou au-moins un nostalgique invétéré, je constate que le temps accordé à ces thèses d’État permettait des œuvres auxquelles nous ferions bien de revenir.

[1] Erwan Le Gall et François Prigent, ss. dir., C’était 1958 en Bretagne. Pour une histoire locale de la France, Rennes, Goater, 2018. Il fait suite à Erwan Le Gall et François Prigent, ss. dir., C’était 1936. Le Front Populaire vu de Bretagne, Rennes, Goater, 2016.

[2] Stéphane Beaud, La France des Belhoumi : Portraits de famille, 1977-2017, Paris, La Découverte, 2018.

[3] Alain Croix, La vie, la mort, la foi. La Bretagne aux XVIe et XVIIe siècle, Paris, Mouton, 2 vol. 1980.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.