Bande dessinée, Floride et mise en récit : une merveille

Jean Dytar livre avec Florida (Delcourt, 2018) une extraordinaire réflexion en bande dessinée sur ce qu’est un récit historique, en l’occurrence celui de la colonisation avortée de la Floride par les Huguenots au XVIe siècle, et ce au-moins à deux niveaux. D’abord en inventant la figure d’Éléonore, épouse du dessinateur bien réel Jacques Le Moyne, comme porte d’entrée dans un entrelacs de relations complexes entre acteurs français et anglais de cette histoire : l’historien ne peut a priori se permettre un tel procédé[1], qui pourtant ici se révèle d’une réelle richesse scientifique en plus d’offrir un jeu narratif dessiné haletant. Ensuite en interrogeant non pas l’expédition de Floride en elle-même mais son impossible récit : Jacques Le Moyne, rescapé du désastre, ne peut pendant longtemps en parler, avant de finalement se livrer à son épouse – mais pas à Walter Raleigh ou Richard Hakluyt qui voudraient se servir de son récit pour leurs propres projets virginiens ; ses dessins ont été détruits en Floride même, rendant l’expérience invisible ; le récit de Laudonnière, chef de l’expédition, finit par être publié mais il faut définitivement des images et l’éditeur et graveur Théodore de Bry décide alors d’en fabriquer en mêlant pour représenter la Floride ce qu’en ont dit les Huguenots mais aussi des éléments épars circulant depuis le début de la conquête européenne de la l’Amérique. Et c’est finalement à la naissance d’un imaginaire européen que l’on assiste, ce que la postface de Frank Lestringant indique bien et ce que Jean Dytar lui-même explicite de manière exemplaire sur son site, passionnant complément  de l’album (http://www.jeandytar.com/) . Indispensable pour les historiens et les autres !

[1] Encore que : voir dans des genres différents les personnages de Thierry Ginestous, La solitude au village : approche micro-historique de la condition féminine au XIXe siècle, Paris, Mare & Martin, 2007 ; et de Thomas Bouchet, De colère et d’ennui. Paris, chronique de 1832, Paris, Anamosa, 2018.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.