Plonger dans la Méditerranée du XVIe siècle

J’avais repéré le dernier ouvrage de Noel Malcolm à sa sortie il y a deux ans et il m’avait attiré : étudier la Méditerranée du XVIe siècle à travers le destin de deux familles albanaises, les Bruni et les Bruti, me semblait fascinant et devait pouvoir alimenter ma réflexion théorique sur ce que je faisais avec les Rozier et les Desloges dans l’Atlantique du XIXe siècle. J’ai enfin réussi cet été à prendre le temps de lire Agents of Empire[1].

Et j’en sors d’abord impressionné. D’une part par le talent littéraire de Malcolm, cette manière de raconter des histoires individuelles en les enserrant dans de plus vastes enjeux et de rendre son récit, simplement, passionnant (je ne dirais pas que son ouvrage se lit comme un roman : trop d’amis se sont moqués de moi après que je leur ai mis un livre d’histoire dans les mains avec cet argument…). D’autre part par l’érudition ébouriffante dont Malcolm fait preuve : une quête dans trente-sept dépôts d’archives de douze pays, une bibliographie réellement multilingue (c’est assez rare pour le souligner !), un texte et des notes qui révèlent une connaissance des débats les plus pointus sur tous les sujets abordés de la Moldavie au comtat Venaissin.

Trois questions me viennent, cependant, une fois passé le plaisir de la lecture et en précisant bien que je suis incapable de discuter sérieusement du bien-fondé de la plupart des analyses précises de Malcolm tant je sors, en le lisant, de ma zone de confort historiographique. Ceci dit je m’étais engagé dans la lecture de l’ouvrage en grande partie pour sa construction narrative: comment produire du sens, en sciences sociales, en racontant l’histoire de deux familles ? Le résultat est ambivalent : les Bruni et les Bruti disparaissent complètement durant de longue pages, peut-être même durant la majorité de l’ouvrage, pour donner à voir leur monde dans toutes ses imbrications géopolitiques. Aussi parfois leur retour semble quelque peu artificiel, ou à l’inverse les développements contextualisants paraissent bien longs et on se demande si tel ou tel détail était bien utile. L’équilibre est délicat à tenir, Noel Malcolm se sort avec adresse de l’exercice mais sans régler définitivement toutes les questions qu’il pose. Et en lisant je me demandais si tel ou tel des chapitres que je prévois déjà dans le cas Rozier/Desloges ne courrait pas le risque, justement, d’être artificiel, trop long, déconnecté, ou bien anecdotique, érudit, sans intérêt. Cette question de la narration est de celles qui me taraudent le plus.

Mais une autre m’a gêné dans Agents of Empire. Car finalement, si le propos est de révéler un monde connecté, en mouvement, dans la Méditerranée (essentiellement orientale) de la deuxième moitié du XVIe siècle, force est de constater que les acteurs choisis pour l’incarner sont membres des élites, fréquentent les élites, et qu’en dehors de quelques corsaires et de « masses » paysannes et plus souvent urbaines réduites à quelques chiffres, la très grande majorité des habitants de la région sont absents du récit. L’histoire de Malcolm est une histoire politique et diplomatique par le haut et peut aussi laisser l’impression d’une description d’un monde déjà connu, celui de la mobilité géographique des élites modernes et de leurs fidélités changeantes, politiques comme religieuses. Les aspects innovants du livre sont alors à relativiser et il apparaît là comme un écueil à éviter.

Dernier point, il y a chez Malcolm, je l’ai dit, un souci du débat érudit. Mais dans le même temps il y a aussi comme un refus – non assumé – de l’ancrage conceptuel. C’est vrai de la microhistoire, dont on ne sait pas vraiment si c’est de cela qu’il s’agit ici. C’est vrai aussi de l’usage possible du « middle ground ». Eric Dursteler (présent dans la bibliographie de Malcolm), en traitant du même espace, et souvent des mêmes acteurs (les dragomans, par exemple), avait repris le concept inventé par Richard White pour décrire la région des Grands Lacs pour montrer que certains groupes ou individus avaient pu se situer à l’intersection des empires pour faire de la Méditerranée autre chose qu’un espace de conflits ou un rêve édénique mais bien un territoire aux logiques partagées dans tous les domaines[2]. J’aurais aimé que Noel Malcolm entre en dialogue avec d’autres champs, de manière comparée, en usant de ce « middle ground », quitte à en désapprouver l’usage. Il laisse le soin à d’autres de le faire – c’est pour ma part en apprenant que Dursteler avait repris le concept de White que je m’étais intéressé il y a quelque année à cette Méditerranée, et donc que j’étais arrivé à Malcolm. Or celui-ci me laisse en chemin : c’est peut-être là sa force, somme toute.

 

[1] Noel Malcolm, Agents of Empire : Knights, Corsairs, Jesuits and Spies in the Sixteenth-Century Mediterranean World, Londres, Allen Lane, 2015 (Penguin, 2016 en paperback).

[2] Par exemple Eric Dursteler, « On bazaars and battlefields: Recent scholarship on Mediterranean Cultural Contacts », Journal of Early Modern History, 15 (2011), p. 413-434.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.