La caisse Vallé: conclusion

Laurent Hugot et moi-même avons publié dans le dernier n° de la Revue d’Histoire du XIXe siècle un article retraçant l’histoire de ce que nous avons nommé la caisse Vallé[1]. Tout part de l’inventaire anonyme d’une caisse, daté de 1842 et trouvé dans les papiers Vallé du Missouri History Museum.

Cet inventaire révélait un ensemble de monnaies, médailles et babioles antiques venues d’Orient, surtout égyptiennes, ainsi que quelques ouvrages, donnés cette année-là à Félix Vallé, notable de Sainte-Geneviève, dans le Missouri. Nous nous étions partagés le travail : je me suis chargé de comprendre ce que Vallé avait bien pu faire du contenu de la caisse et de la manière dont son contenu avait été transféré à Saint-Louis au début de la Guerre de Sécession puis avait rapidement disparu. Laurent Hugot avait réussi, de son côté, à lever l’anonymat du donateur en posant comme hypothèse que les objets avaient été collectés en Egypte par Jean-Raymond Pacho et apportés aux Etats-Unis lorsque Célestin Guyenet, l’industriel suisse qui avait financé Pacho, s’y était installé. Les preuves définitives manquaient mais les hasards de la recherche ont fait que les intuitions de Laurent Hugot ont été vérifiées ces dernières semaines, et je mets donc l’article à jour sur ce carnet de recherche.

En décembre je me suis en effet attaqué à un document qui me taraudait depuis que je l’avais vu pour la première fois à Saint-Louis : deux carnets d’un journal anonyme daté de 1837-1838 pour le premier et de 1842 pour le deuxième qui est entièrement crypté[2]. Les carnets font partie du fonds Rozier mais un rapide coup d’œil m’avait clairement fait comprendre il y a longtemps déjà que leur auteur ne pouvait être un membre de la famille : il s’agit d’un colon francophone qui tente à la fois de faire vivre sa ferme et de trouver un filon de plomb sur ses terres. Grâce à la transcription qu’en a faite Séverine Boulaire, je me retrouvais donc face à une première tâche : identifier l’auteur qui heureusement a finalement laissé beaucoup d’indices dans son texte puisqu’il y signale qu’il est suisse et né en 1795, sachant que les noms de ses voisins très souvent mentionnés le situent dans le comté de Saint-François. Une simple recherche dans les recensements de 1840 et 1850 dudit comté laisse peu de doute . Une seule personne correspond au profil : un certain Célestin Guyenet que nous avions renoncé à cherche dans le recensement faute de savoir dans quel comté le trouver. Il était donc bien là.

Mieux encore : j’ai alors utilisé une bobine de microfilm envoyée par la State Historical Society of Missouri, comprenant les papiers de la Valle Mine Company (dans le comté de Saint-François), et notamment un document datant de 1839-1843. Le registre de ce que qui devait être une sorte de boutique-comptoir de la mine[3]. Tout n’y est pas immédiatement compréhensible, des mois sont en anglais, d’autres en français, mais Célestin Guyenet, comme d’autres Suisses, est bien présent comme client. Plus encore, le 9 mars 1842, une extraordinaire mention apparaît : « Caisse reçue manuellement par Félix Vallé », la dite caisse valant 190 dollars. Et la boucle est bouclée, Laurent Hugot avait vu juste : Guyenet est bien arrivé ans le Missouri avec sa caisse et l’a bien confiée à Félix Vallé, qui est venu la chercher en mains propres, en 1842. Reste que le destin de cet industriel suisse passé par l’Egypte et venu se perdre dans l’extrême dénuement de la vie de colon dans le Missouri rural suscite la curiosité et que je suis tenté d’ajouter à la liste des projets en cours une édition du fameux journal.

[1] Laurent Hugot et Tangi Villerbu, « La caisse Vallé. Des antiquités égyptiennes chez les Créoles du Missouri : circulation atlantique des objets et des cultures (1820-1860), Revue d’histoire du XIXe siècle, n° 53, 2016/2, p. 153-167.

[2] Missouri History Museum, Rozier family papers, Box 1, folder 2.

[3] State Historical Society of Missouri, R 1278, Valle Mining Company, vol. 2.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.