Des catholiques du Missouri aux Juifs de Livourne

Quand Ferdinand Rozier et Jean-Jacques Audubon sont arrivés en 1806 en Pennsylvanie, à Mill Grove, pour prendre en charge le domaine d’Audubon père, il se sont heurtés à un certain Dacosta, à qui l’ensemble avait été confié en attendant mieux et qui refusait de laisser sa place. Mais aucun biographe d’Audubon ne s’était réellement penché sur l’identité de ce Dacosta, tous se sont contentés d’en faire le « méchant » de l’histoire.

La demeure nantaises des Dacosta sur le site de leur finderie Côte Saint-Sébastien. Photographie prise un dimanche d'octobre en profitant d'une pause sur le chantier de construction de 132 logements dans le parc de la de dite demeure. Le sort de la bâtisse est laissé en suspens.
La demeure nantaise des Dacosta sur le site de leur fonderie Côte Saint-Sébastien. Photographie prise un dimanche d’octobre en profitant d’une pause sur le chantier de construction de 132 logements dans le parc de la de dite demeure. Le sort de la bâtisse est laissé en suspens.

 

Or quelques historiens français ont rencontré dans leurs recherches des Dacosta à Rennes[1] ou à Nantes[2], mais sans faire le lien avec celui de Pennsylvanie d’une part, et sans voir la spécificité de cette famille. J’en dirais davantage dans des billets ultérieurs et je me contenterai ici de quelques mots. En Pennsylvanie il s’agit de d’André François Dacosta, né en 1767 à Nantes de René Julien Dacosta et de Marie Urbanne Asselin. René Julien est un négociant en vue sur la place de Nantes, qui se distingue par la création d’une fonderie sur la côté Saint-Sébastien et par son réseau familial puisqu’il reste lié par les affaires à ses frères de Rennes, Paris et Bordeaux. C’est à Rennes, en fait, que l’on trouve leur père, Jean-Jacques Dacosta, dont voici les premières lignes de la lettre de naturalité de 1743 (archives départementales d’Ille-et-Vilaine, 1B A 38, folio 173) :

« Loüis par la grace de dieu Roy de France et de navarre à tous présents et à venir Salut, notre Bien aimé Jan-Jacques Dacosta marchand à Rennes natif de Livourne en Italie fils de moise nunes dacosta marchand audit Livourne en Italie et d’Ester nunes dacosta ses pere et mere faisant profession de la Relligion Catolique, apostolique et Romaine nous a fait expose qu’il Est né en lad. ville de Livourne le 9 9bre 1707 dans la Relligion Juifve, ses pere et mere Etant juifs, que le nom de David Dacosta luy fut imposé à sa naissance, e qu’etant parvenu à l’âge de 16 ou 17 ans le desir des voyages et de connoitre des parent qu’il avoit dans differens Etats l’engagerent de se rendre d’abord à paris ou il avoit un frere, il passa ensuite en hollande et de là en angleterre, et après y avoir sejourné quelque temps il se rendit en la d. ville de Rennes au mois de mars 1727 pour y voir Raphael Dacosta Son oncle et y apprendre la langue Françoise, Ce fut pendant ce temps qu’ayant ouvert les yeux sur la Relligion chrétienne il forma le dessain d’abjurer le judaisme, son oncle s’en étant aperçu tenta toutes sortes de voyes pour l’en detourner et n’ayant pû y Réussir il le chassa de chez luy, et il fut des lors privé de tous les secours qu’il recevoit de sa fille, ce qui ne le detourna pas de son dessein, desorte que s’estant fait suffisamment instruire de la Relligion chrétienne avec l’assistance de plusieurs personnes de consideration, il fist abjuration du judaisme et fut baptisé par le […] Evecque de Rennes avec beaucoup de solennité le 17 may 1728 en l’Eglise paroissiale de Bruz en Bretagne. Ci nommé Jean Jacques Costa, le nom de Costa Etant celui sous Lequel Raphael Dacosta son oncle Etoit connu à Rennes et qu’il prenoit pour s’accommoder à la prononciation de la langue francoise depuis lequel temps l’Exposant s’est marié à Rennes le 13 janvier 1733 sous le nom Dacosta avec Demlle Francoise Margueritte Even, et de leur mariage sont issus cinq Enfans, Savoir trois garcons et deux filles, lesquels ont été baptisés sous son dit nom Dacosta »

C’est donc en suivant des catholiques dans le Missouri que j’ai croisé une famille juive venue de Livourne et convertie, qui n’a pas abandonné la mobilité puisqu’elle essaime jusqu’à Saint-Domingue (en cela les Dacosta sont bien des négociants nantais) et aux Etats-Unis. François Dacosta ressemblait en fait à Rozier et Audubon : c’est un fils envoyé chercher des opportunités outre-Atlantique à l’ère des révolutions. S’il n’est pas demeuré en Pennsylvanie, il y gardé des liens, témoin ce rapport qu’il envoie en 1819 depuis Nantes à la Philadelphia Society for promoting Agriculture pour vanter la qualité du beurre de Rennes et expliquer sa fabrication[3].

 

[1] Philippe Jarnoux, Les bourgeois et la terre. Fortunes et stratégies foncières à Rennes au XVIIIe siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 1996 ; Stéphane Perréon, L’armée en Bretagne au XVIIIe siècle. Institution militaire et société civile au temps de l’intendance et des Etats, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2005.

[2] Jean Meyer, « Les Forges de la région de Chateaubriant à l’époque révolutionnaire (1789-1801) », Annales de Bretagne. Tome 65, numéro 3, 1958. pp. 361-394. et « Les difficultés du commerce franco-américain vu de Nantes (1776-1790) », French Historical Studies, Vol. 11, No. 2 (Autumn, 1979), pp. 159-183.

[3] Francis Da Costa, « Mode of Making Butter in Brittany », Memoirs of the Philadelphia Society for promoting Agriculture…vol. 5, 1826, p. 102-107.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.